Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les cuisines partagées de Deliveroo Editions ouvrent (enfin) en France

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Deliveroo a inauguré le 3 juillet 2018 à Saint-Ouen (93) son nouveau concept de cuisines-relais : Deliveroo Editions. Un moyen pour l’entreprise de livraison de repas à domicile d’aider les restaurateurs à tester de nouvelles zones de chalandise, selon Will Shu, CEO de Deliveroo. Voici comment.

Deliveroo Editions ouvrent (enfin) en France... Voici ses ambitions !
Les cuisines partagées de Deliveroo Editions ouvrent (enfin) en France © Stéphanie Mundubeltz-Gendron

Hugues Décosse nous l’avait annoncé dès avril 2018 : "Deliveroo Editions ouvrira un site en région parisienne avant l’été", sans donner davantage de précision. Eh bien c’est finalement Saint-Ouen que l’entreprise de livraison de repas a choisi pour ouvrir les portes de ses premières cuisines-relais en France. En service depuis fin juin 2018, l’inauguration officielle a eu lieu le mardi 3 juillet.

"Saint-Ouen est très intéressant pour deux raisons, explique Will Shu, CEO de Deliveroo, à L’Usine Digitale. On a senti que la zone au nord de Paris, près de Saint-Denis n’avait pas forcément de super restaurants. Cette zone a beaucoup de demande pour des livraisons de haute qualité. Et ce site est incroyable. C’est notre plus gros site Editions." La zone de chalandise assez courte, d’un rayon de 2,5 km, permet quant à elle de garantir une livraison rapide.
 

12 cuisines sur un site de 700 m2 

Installé sur une superficie totale de 700 m2 au sein d’anciens entrepôts de la ville de Saint-Ouen, le premier site français de Deliveroo Editions compte 12 cuisines dédiées aux restaurateurs. Déjà huit restaurants ont pris possession des lieux : Le Petit Cambodge, Blend, DS Café, Santosha, Mission Saïgon, Tripletta, Little Apple et Mizushi. Chaque restaurant partenaire dispose d’une surface "privée"  de 20 à 25 m2. Et bénéficie, en outre, d’espaces communs comme une chambre froide, une légumerie, ainsi qu’une pièce pour la plonge.

A l’entrée, des collaborateurs de Deliveroo s’occupent du "dispatch" des commandes qu’ils confient aux "riders" (livreurs) de Deliveroo. Entre le personnel des restaurants et les équipes Deliveroo, quelque 50 personnes travaillent sur le site.
 

 

 


Un service de livraison basé sur un algorithme puissant

A l’intérieur des cuisines, des tablettes sont installées au-dessus de la surface de préparation. La personne en charge de l’assemblage des plats valide les commandes entrantes. Grâce à l’algorithme développé par Deliveroo, le temps de préparation basé sur l’historique du restaurant s’affiche.

 "En tout l’expérience globale est de moins de 20 min, entre la commande par le client et la livraison de son repas à domicile", assure Anton Soulier, cofondateur de Mission Saïgon. En période de forte activité, le restaurateur peut indiquer directement dans l’application s’il est "occupé" ou "très occupé", ce qui adapte alors le temps de préparation.

 

Deliveroo Editions, un levier business pour les restaurateurs

L’intérêt de Deliveroo Editions ?  "Pour les clients, il s’agit d’apporter la meilleure qualité en matière de restauration dans des zones actuellement non desservies et où il n’y a actuellement pas une large offre de restauration. Pour les restaurants, l’idée est de les aider à réussir à s’étendre sur de nouvelles localisations", explique Will Shu . Ils n’ont ainsi pas de temps à passer sur la partie immobilier, et ils n’ont rien à payer. Tout est configuré pour eux". Si l'investissement de départ est nul,  la commission prélevée par Deliveroo reste confidentielle.

Et le CEO d’ajouter : "Si vous êtes un restaurant ambitieux, vous pouvez ouvrir deux, trois ou quatre sites d’une manière que vous ne pourriez pas faire tout seul, aussi rapidement".  Objectif donc : tester le potentiel d’un concept de restauration ou étendre simplement les services de livraison à de nouvelles zones de chalandise. Et Anton Soulier, également ex-DG adjoint de Delivero, l’avoue : " l’intérêt est d’aller chercher une nouvelle zone de  chalandise".

Autre intérêt : garantir une expérience client de qualité au sein des restaurants. "A Londres, certains restaurateurs avaient des problèmes avec les clients dans les restaurants car ils devenaient trop occupés", raconte Will Shu. Sans compter le défilé des livreurs dans le restaurant… "Donc on leur a proposé d’ouvrir des cuisines spécialement pour eux, afin qu’ils puissent ainsi opérer les deux business". C’est ainsi qu’est né Deliveroo Editions.

"Ensuite, on s’est aperçu qu’on pouvait, de cette manière, aider les restaurants à grandir de nouvelles zones.". Et ça marche ! "A Londres, certains restaurants ont ouvert de vrais restaurants basés sur le succès de Deliveroo", se félicite Will Shu. C’est le cas de la chaine de restauration indienne JKS (Trishna, Gymkhana…) qui a lancé Motu, une marque de livraison de repas indiens uniquement via Deliveroo.
 

74 sites, 250 cuisines et bientôt plus

A ce jour, Deliveroo Editions a été déployé sur 74 sites, au Royaume-Uni, Singapour, Dubaï, Hong Kong et en France, soit 250 cuisines dans le monde. Et ce n’est pas fini. Des ouvertures sont aussi prévues à Madrid, Sydney et Amsterdam. Et de nouveaux sites devraient encore voir le jour en France avant la fin de l’année. "A Paris, on regarde à l’Ouest, au Sud, à l’Est. On se concentre sur la région parisienne, mais on regarde aussi d’autres régions", nous indique Will Shu. Nous n’en saurons pas plus.

Idem concernant la part de Deliveroo Editions sur le chiffre d’affaires global de la licorne : "Aujourd’hui, cela devient une part intéressante de notre business et on anticipe que ce sera encore plus gros. Ça dépend des villes et de leur maturité mais on ne sépare pas les deux.  Je connais le chiffre exact, bien sûr,  mais  nous sommes une société privée"…  Pour combien de temps ?

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale