Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Les "data", cette matière première que l'Europe néglige

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L'Europe doit se réapproprier ses données. Ses citoyens et ses entreprises en produisent beaucoup mais les exploitent peu. Il est temps de développer nos propres industriels de la data.

Les data, cette matière première que l'Europe néglige
Les "data", cette matière première que l'Europe néglige © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

En matière numérique, l’Europe est un territoire en voie de développement. Cette affirmation peut paraître provocante, elle n’est pas sans fondement. Surtout si l’on considère que les « data » sont le carburant du XXIe siècle et qu’elles constituent la matière première de notre économie de la connaissance. Si l’on pousse l’analogie, le Vieux Continent se retrouve finalement dans la posture d’un pays disposant de ressources abondantes (les données), que des grands groupes étrangers (Google, Amazon, Facebook, LinkedIn…) viennent extraire (via les moteurs de recherche ou les réseaux sociaux) pour les raffiner chez eux et nous revendre ensuite des services à valeur ajoutée.

Relocaliser l'analyse de nos données

Décrite ainsi, la situation européenne semble tout à fait inacceptable. Et c’est dans cette optique qu’il faut lire le projet (encore un peu flou) d’un internet européen porté par Angela Merkel. Que propose la Chancelière ? De doter l’Europe de sa propre infrastructure pour garantir sa souveraineté sur les données. L’intention est bonne, mais le projet se trompe peut-être d’outils pour arriver à ses fins. Le problème de notre continent n’est pas de bâtir des clouds souverains ou un réseau internet dédié. Ce qu’il nous manque plutôt, c’est une plate-forme capable de faire produire des données (aux Européens et au reste du monde), de les raffiner et de les industrialiser ensuite pour produire nos propres services.

L’idée ici n’est pas de plaider pour l’avènement d’un Google européen. Tenter de faire émerger des copies (forcément pâles) de Facebook, Amazon ou LinkedIn serait un projet coûteux et vain. Non. Pour reprendre la main sur la production et l’exploitation des data, l’Europe doit tenter de prendre position sur la prochaine vague, celle qui se profile dès maintenant, celle de l’internet des objets. Il n’est pas écrit que les Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon) réussiront à dominer ce nouveau marché.

L’Europe a donc clairement une carte à jouer. Elle ne doit pas manquer d’ambition si elle pense réellement qu’exploiter soi-même ses données est un enjeu de souveraineté.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale