Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"Les data, un enjeu industriel majeur pour les entreprises", explique Charles Népote

Les entreprises peu familières de l'univers des données ignorent souvent comment s'en saisir pour produire plus et mieux. Pour leur permettre de prendre en main cet outil, la Fondation pour l'Internet nouvelle génération (Fing) développe une nouvelle structure, les Infolabs. L'Usine Digitale a rencontré Charles Népote au festival du numérique en Île de France, Futur en Seine. Il est responsable du développement de ce nouveau projet à la Fing.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les data, un enjeu industriel majeur pour les entreprises, explique Charles Népote
"Les data, un enjeu industriel majeur pour les entreprises", explique Charles Népote © Capture d'écran vidéo Dailymotion

L'Usine Digitale - Pourquoi avez-vous développé le projet Infolabs ?

Charles Népote - La Fondation pour l'Internet nouvelle génération (Fing) est l'un des premiers organismes à s'être saisi de l'open data. Nous avons organisé une série d'évènements autour de cette thématique. Par exemple des hackathons, où des développeurs inventent des applications mobiles à partir d'un jeu de données en libre accès sur le web. Ces rendez-vous sont restés des repaires de "geeks". Les PME notamment, pour lesquelles les données sont une langue étrangère, ne se sont pas senties concernées par l'open data.

Pourtant, c'est un enjeu industriel majeur pour les entreprises : savoir où et quand les prochains programmes de construction de logements sociaux seront achevés est une donnée clef pour un boulanger qui veut installer sa boutique dans un endroit où il y aura du passage. Il a besoin de savoir où trouver ces informations et comment les exploiter.

C'est pour répondre à ces questions concrètes que nous développons depuis un an le projet Infolabs. Ces espaces reprennent le modèle des "fablab" (ateliers de fabrication qui mettent à la disposition du public des machines-outils pour concevoir et fabriquer des objets) mais se concentrent sur l'exploitation des data.

Comment une entreprise étrangère à l'univers numérique peut-elle utiliser des données qui sont pour elle un matériau aride?

Nous avons fait des tests concrets auprès d'un public peu familier du monde digital. L'objectif ? Comprendre comment leur présenter les data de la manière la plus accessible possible. Grâce à ces expériences, nous avons développé une méthodologie.

Premièrement, les sociétés (entre autre) présentent le projet qu'elles souhaitent développer grâce aux data. Ensuite, elles font une liste de toutes les données qu'elles rêvent d'avoir pour les aider à accomplir ledit projet. Une start-up veut par exemple créer un capteur capable de mesurer la qualité de l'air dans un immeuble. Elle a besoin de savoir quand le bâtiment a été construit, de quand datent les normes qui ont été appliquées pendant le chantier, combien de personnes vivent à chaque étage…

Nous leur expliquons comment ils peuvent trouver ces informations, grâce à un petit catalogue qui recense les principales bases de données, comme data.gouv, ou encore nosdonnées. Ensuite, nous leur expliquons qu'une bonne donnée n'est pas forcément gratuite, mais qu'elle doit absolument être exprimée dans un format exploitable. Il vaut souvent mieux payer pour obtenir des data en format Excel, immédiatement utilisables, plutôt que de passer des jours à recopier dans un tableau des chiffres accessibles uniquement en PDF. Ensuite, ils exploitent leurs données, font des statistiques, les croisent...

Qui apportera cette formation aux entreprises ? Des experts du numérique ?

Non : les experts sont souvent trop techniques. Nous misons notamment sur des personnes issues du monde de la formation. Elles peuvent librement s'approprier notre travail, accessible en Creative Commons sur notre site, fens.infolabs.

Existe-t-il déjà des Infolabs où les entreprises peuvent être formées à l'exploitation de données?

Pas encore, notre projet est tout neuf. Nous travaillons à son développement depuis un an seulement. Mais deux Infolabs sont en gestation : le premier à Montpellier, créé par un accélérateur de start-up et soutenu par la Mairie. Un autre se développe dans la région Poitou Charente. L'objectif est d'avoir contribué à créer cinq Infolabs d'ici fin 2015.

Des projets qui ressemblent aux Infolabs ont-ils déjà été développés par d'autres acteurs?

Plusieurs groupes ont développé en interne des structures proches, comme Axa, GRDF ou la SNCF. De grandes entreprises se sont aussi intéressées directement à notre projet, comme la Poste ou Alcatel Lucent. Les modèles de développement et de financement des Infolabs restent à définir : ils pourront se développer en interne dans des firmes, être créés par des groupements d'entreprises, par des syndicats professionnels, par des Chambres de Commerce et d'Industrie…

Propos recueillis par Lélia de Matharel

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale