Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les drones de Google ont l'autorisation de livrer des colis dans les villes américaines

Wing, la filiale de livraison par drone d’Alphabet (maison-mère de Google) a obtenu le 23 avril 2019 l’autorisation des autorités américaines pour livrer des colis dans l’État de Virginie. Une première aux États-Unis.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les drones de Google ont l'autorisation de livrer des colis dans les villes américaines
Les drones de Google ont l'autorisation de livrer des colis dans les villes américaines © Wing

Les Américains pourront désormais recevoir leurs commandes grâce aux drones Wing. La filiale de livraison par drone d'Alphabet, maison-mère de Google, a obtenu mardi 23 avril 2019 l'autorisation de la FAA (agence fédérale de l'aviation des Etats-Unis) de livrer des colis aux particuliers. Si cette mesure ne concerne que l'état de Virginie pour le moment, il y a de fortes chances qu'elle se généralise sur le territoire. Ce nouveau facteur volant est totalement électrique, équipé de 14 hélices pouvant le propulser à 120 km/h tout en volant à 120 mètres au-dessus du sol. Il se dirige grâce à une caméra fixée à l'avant et à des technologies embarquées pour déterminer sa latitude, sa vitesse, et éviter les collisions.

 

Une autorisation difficile à obtenir

Cette autorisation est l'aboutissement d'un projet de longue date entamé en 2013. C'est la première fois que le régulateur américain accorde à une entreprise spécialisée dans les drones le même statut qu'une compagnie de transport aérien de fret. Les drones Wing ont déjà effectué 70 000 vols et plus de 3 000 livraisons à domicile dans le cadre de tests en Australie depuis 2014. Pour obtenir la certification de la FAA, Wing travaille sur ses drones au sein de l’université Virginia Tech depuis l’automne 2016. Après près de 7 années de procédures pour démontrer sa fiabilité, la filiale, Wing Aviation LLC, possède désormais les mêmes certifications que les petites compagnies aériennes des Etats-Unis et doit à ce titre présenter des manuels de conformité, des programmes d’entraînement et une hiérarchie de la sécurité.

 

Quelques craintes...

La protection des données personnelles est un sujet qui fait débat devant l'arrivée de cette technologie. Google affirme cependant que les images potentiellement recueillies par les caméras seront utilisées uniquement dans le cadre d'analyses techniques. De plus, de nombreuses lois viennent encadrer l'usage des drones, comme l'interdiction de survoler des foules, ou des propriétés privées. Ces mesures visent aussi à apaiser les critiques concernant les nuisances sonores ou les risques d'accidents.

 

L'approbation de la FAA a pour objectif de contrôler l'usage des drones et d'améliorer la confiance, selon la secrétaire américaine aux transports Elaine Chao, qui se veut rassurante dans un communiqué. "C'est un pas important pour essayer d'intégrer les drones dans notre économie en toute sécurité. La sécurité demeure notre priorité numéro un alors que cette technologie continue de se développer pour réaliser son plein potentiel".

 

Les prochaines étapes...

Ces autorisations en Australie et aux Etats-Unis ouvrent des perspectives encourageantes pour le futur de la livraison par drone sur de nouveaux territoires. Concernant le marché européen, Helsinki serait la prochaine étape d'Alphabet. Elles faciliteront sans doute aussi les projets des autres acteurs intéressés. UPS annonçait le 26 mars 2019 des drones pour transporter des échantillons médicaux dans l'hôpital WakeMed de Raleigh, en Caroline du Nord. De son côté, Amazon avec "Prime Air Delivery" souhaite mettre en place la livraison par drone depuis ses entrepôts depuis 2016.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media