Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"Les entreprises doivent utiliser une approche multi-canal pour recruter" selon Andre Charoo, vice-président chez Hired.com

Entretien Quelles sont les nouvelles méthodes innovantes de recrutement? L'Usine Digitale a rencontré Andre Charoo, vice-président des nouveaux marchés chez Hired.com, et Allan Grant, co-fondateur et directeur technique. Hired est une start-up californienne, lancée en 2012, qui a levé 32 millions de dollars d'investissement et compte actuellement 130 employés. Son concept ? Un marché qui met en relation des candidats triés sur le volet avec des entreprises qui les contactent directement via la plate-forme. La start-up nous explique sa vision du marché du recrutement et son business model.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les entreprises doivent utiliser une approche multi-canal pour recruter selon Andre Charoo, vice-président chez Hired.com
"Les entreprises doivent utiliser une approche multi-canal pour recruter" selon Andre Charoo, vice-président chez Hired.com © Hired

L'Usine Digitale: Quelle est la vision d'un service comme Hired ?

 

Allan Grant : L'idée de Hired est venue de nos propres difficultés à recruter au sein d'une précédente start-up. Nous nous sommes-dit, "et si on créait une plateforme qui met les candidats sur un piédestal?" C'est compliqué pour les candidats de s'y retrouver parmi de nombreuses offres et de savoir ce qu'ils valent sur un marché "ouvert". Nous avons décidé de créer un modèle centré sur le candidat.
Les gens passent beaucoup de temps à postuler à des offres d'emploi, et nous renversons ce modèle : ce sont les employeurs qui "postulent" sur notre plateforme. Certaines personnes veulent changer de lieu de travail, mais ne veulent pas passer du temps à chercher ailleurs. Nous le leur permettons en simplifiant le processus.

 

Comment le marché du recrutement évolue-t-il ?

 

Andre Charoo : Du point de vue de l'entreprise, l'écosystème du recrutement a complètement changé. Le premier modèle c'était le listing, avec Monster.com, qui a bouleversé l'industrie du recrutement traditionnel. C'était facile pour les entreprises d'évaluer un candidat mais plus dur de garantir la qualité. La deuxième version du recrutement est arrivée avec LinkedIn et le modèle de la base de données.
Ces sites communautaires ont tout changé en mettant les individus en ligne. Les entreprises pouvaient désormais vérifier la qualité des candidats, mais n'avaient aucun moyen de savoir si l'individu repéré était en recherche d'emploi.
Nous espérons représenter la troisième version, car nous attirons beaucoup de candidats en simplifiant la manière dont ils découvrent des opportunités d'emploi. Nous sélectionnons ces candidats en privilégiant la qualité et l'intention.
Notre vision repose donc sur l'idée d'assortir des candidats et des entreprises qui vont bien ensemble, c'est le "match". Cela ne prend que 15 à 20 jours en moyenne pour une entreprise de trouver ce qu'elle recherche via notre service.

 

Comment fonctionne votre business model ?

 

Allan Grant : Du côté candidat, nous recevons environ 30 000 candidatures par mois et nous en gardons entre 5% à 10%, les meilleurs. C'est marché très compétitif. Un candidat est recruté toutes les quatre heures sur notre plate-forme.
C'est un service gratuit pour eux (les candidats recrutés reçoivent également un bonus de 2000 dollars de la part de Hired, selon le site de la start-up, ndlr). Les entreprises en revanche, paient un pourcentage sur chaque recrutement réussi. Nous recevons 600 candidatures d'entreprises par mois et nous acceptons 30% d'entre elles sur la plate-forme. L'entreprise paye 15% de la première année de salaire du candidat ce qui représente un frais bien inférieur aux prix des agences traditionnelles de recrutement.
De plus, nous leur envoyons des douzaines de candidatures. Nous utilisons aussi l'intelligence des machines et les données pour analyser toutes les transactions effectuées sur notre plate-forme. Comme nous sommes un marché, contrairement à LinkedIn, nous avons accès aux données. Nous voyons directement les introductions ou les demandes d'entretien, elles sont dans notre système. Le fait de posséder ces données nous permet de rendre notre service plus intelligent au fur et à mesure. Nous pouvons déterminer de mieux en mieux quel type de candidat va réussir sur notre plate-forme.

 


Le service vise-t-il uniquement les marchés ultra compétitifs comme la Silicon Valley ?

 

Andre Charoo : Nous avons des bureaux aux Etats-Unis, au Canada et à Londres mais nous avons un plan d'expansion très agressif, nous voulons nous développer dans 50 marchés et arriver à Paris dans les six prochains mois.
Sur Hired, un candidat peut recevoir 30 demandes d'entretiens dans les deux premiers jours après son inscription. Le salaire moyen d'un programmeur senior dans la Silicon Valley est de 125 000 à 130 000 dollars par an. Nous voyons des candidats, sortis de l'école il y a tout juste un an, recevoir des offres à 120 000 dollars par an.
Dans ces nouveaux marchés où nous comptons nous développer, la situation est certes moins compétitive, mais le besoin est là. Nous avons des concurrents locaux (comme le français Breaz, ndlr) qui facilitent l'embauche de 20 candidats par mois d'après ce que j'ai entendu. Nous voyons des concurrents qui ont plus ou moins copié notre modèle voir le jour chaque semaine dans ces nouveaux marchés, donc c'est la preuve que ce modèle marche de façon globale.

 

Quelle approche les entreprises doivent-elles suivre? Quels outils utiliser en plus de Hired pour recruter ?

 

Andre Charoo : Les entreprises qui nous voient arriver sur le marché réalisent qu'elles doivent être plus rapides dans leur processus de recrutement. En effet, elles comprennent qu'il est beaucoup plus facile aujourd'hui pour les candidats de trouver un travail via ces nouveaux outils. Nous changeons les comportements en rajoutant un élément de compétition. Nous permettons aussi aux candidats de découvrir des opportunités localement au lieu de faire leurs valises pour la Silicon Valley. Le candidat a plus de contrôle.
Chaque entreprise doit utiliser tous les canaux de communication et outils à sa disposition. La cooptation est un outil très important, et les sites classiques de recrutement peuvent toujours être utiles pour des postes difficiles à pourvoir - mais Hired représente 20 à 30% du pipeline des candidats qu'une entreprise obtient. Il faut donc une approche "multi-canal".
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media