Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les équipements 5G de Huawei et ZTE interdits de vente en Australie

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le gouvernement australien semble partager la méfiance américaine envers les équipementiers réseaux chinois. Il vient d'interdire à Huawei et ZTE de commercialiser des équipements 5G sur son territoire, citant un risque pour sa souveraineté lié au gouvernement chinois.

Les équipements 5G de Huawei et ZTE interdits de vente en Australie
Les équipements 5G de Huawei et ZTE interdits de vente en Australie © Julien Bergounhoux

Décidément, les temps sont durs pour Huawei et ZTE. Le gouvernement australien vient d'interdire aux deux entreprises chinoises de vendre des équipements 5G sur le territoire australien. Le compte Twitter de la filiale australienne de Huawei en a fait l'annonce le 23 août 2018.

 

Le gouvernement Chinois impose la coopération aux entreprises nationales

La cause de cette interdiction est une loi passée en 2017 en Chine obligeant toutes les entreprises chinoises à coopérer avec les services de renseignement du pays. La branche australienne de Huawei avait tenté de rassurer les autorités australiennes en juin sur le fait qu'elle n'aurait pas à se conformer aux demandes du gouvernement chinois, mais n'a visiblement pas su les convaincre.


L'Australie avance que les réseaux 5G ont une architecture plus distribuée que pour la 4G, ce qui les rend théoriquement plus vulnérables à la présence d'équipements malfaisants, même en périphérie du réseau. Huawei a publié une réaction contestant ces faits ce 24 août et décriant la décision comme anti-compétitive pour les consommateurs australiens.

 

Mauvaise passe pour les équipementiers chinois

Cette décision australienne survient peu de temps après la décision des Etats-Unis d'interdire l'utilisation des équipements réseaux mais aussi des smartphones Huawei et ZTE au sein de ses agences fédérales et de leurs sous-traitants. La justification dans un cas comme dans l'autre est le risque d'espionnage et le besoin de sauvegarder la souveraineté des installations critiques du pays.


Huawei est depuis longtemps dans le collimateur des institutions américaines, même si peu d'éléments concrets justifient publiquement cette méfiance. En janvier, un contrat prévu de longue date avec l'opérateur télécom AT&T pour la vente de smartphones avait été annulé à la dernière minute suite à la pression du gouvernement. ZTE de son côté a récemment échappé de peu à une sanction fatale infligée par les Etats-Unis en réponse à ses abus.

 

La question est de savoir si d'autres pays, notamment en Europe, suivront la voie tracée par les Etats-Unis et l'Australie. Cela semble compliqué en France, les opérateurs télécom nationaux utilisant un nombre conséquent d'équipements Huawei. On notera cependant l'ironie de la position américaine, les équipementiers réseaux états-uniens ayant eux-mêmes connu leur lot d'affaires suspectes.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale