Les établissements scolaires devront se passer de Microsoft Office 365 et Google Workspace

Dans sa réponse à une question du député Philippe Latombe, le ministère de l’Éducation nationale indique avoir “demandé d’arrêter tout déploiement ou extension” des solutions proposées par Microsoft et Google, à titre gratuit, pour les élèves et les enseignants. Une "générosité" perçue comme insidieuse car incitant par la suite à souscrire aux offres payantes.

Partager
Les établissements scolaires devront se passer de Microsoft Office 365 et Google Workspace

Les collégiens et les lycéens, ainsi que leurs professeurs, ne devraient plus pouvoir compter sur les outils fournis gratuitement par Microsoft et Google, à en croire la réponse du ministère de l’Éducation nationale au député Philippe Latombe.

L’élu vendéen avait décidé d’interpeller le gouvernement, inquiet que la mise à disposition des logiciels Word ou Excel, par exemple, ne “s’apparente à une forme ultime de dumping et à de la concurrence déloyale” et pose un “problème grave de souveraineté”. “Il semble par ailleurs qu’aucun appel d’offre n’ait eu lieu”, a-t-il souligné au passage.

Le ministère de l’Éducation nationale a indiqué, dans sa réponse, que les offres gratuites de services sont exclues du champ de la commande publique, quand bien même une offre “vise à inciter un public qui aurait été accoutumé à l’utilisation de ces outils à souscrire par la suite à la version payante de son offre”.

Une nouvelle consigne

Mais le gouvernement a surtout fait savoir qu’il avait exhorté le mois dernier les établissements à “arrêter tout déploiement ou extension” des solutions proposées par Microsoft, ainsi que celles offertes par Google, conformément à sa doctrine “cloud au centre”. Ces nouvelles règles imposent aux administrations publiques d’avoir recours à des offres de cloud commercial immunisé contre toute règlementation extracommunautaire et certifiées par la qualification SecNumCloud de l’Anssi, ou tout autre label équivalent.

Le 15 septembre dernier, la direction interministérielle du numérique (DINUM) avait confirmé que la suite collaborative Microsoft 365 n’était pas conforme à cette doctrine, faisant suite à l’arrêt dit “Schrems II” de la Cour de justice européenne qui avait invalidé le régime de transferts de données entre l’UE et les États-Unis au motif qu’il y avait un risque que le renseignement américain puisse avoir accès aux données des Européens hébergées par une entreprise américaine et que Washington n'offrait pas pas une protection équivalente à celle du RGPD.

Cette nouvelle consigne de l’Éducation nationale s’adresse particulièrement aux collectivités territoriales auxquelles sont rattachés les établissements scolaires, à qui il appartient d’assurer “l’équipement et le fonctionnement” ainsi que “l’acquisition et la maintenance des infrastructures et des équipements, dont les matériels informatiques et les logiciels prévus pour leur mise en service, nécessaires à l’enseignement et aux échanges entre les membres de la communauté éducative sont à [leur] charge”, a souligné le ministère dans sa réponse.

En mai dernier, la Cnil avait par ailleurs déjà appelé les universités à se passer des solutions collaboratives américaines, faute de mesures supplémentaires garantissant un niveau de protection des données qui y transitent adéquat.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS