Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les Etats-Unis demandent à Alibaba de muscler sa lutte contre la contrefaçon

Alibaba se fait tirer les oreilles par le Bureau du représentant américain au commerce, qui lui demande de lutter plus efficacement contre la contrefaçon, notamment sur sa plate-forme de e-commerce Taobao. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les Etats-Unis demandent à Alibaba de muscler sa lutte contre la contrefaçon
Les Etats-Unis demandent à Alibaba de muscler sa lutte contre la contrefaçon © Alibaba
Alibaba n'en a pas fini avec la contrefaçon, loin de là, souligne dans un rapport publié mi-décembre le Bureau du représentant américain au commerce, responsable de la politique commerciale internationale des États-Unis. 
 
"Selon les propriétaires de marques, de grandes quantités d'objets contrefaits transitent sur les plates-formes de e-commerce d'Alibaba, notamment Taobao", pointent les auteurs du document, qui appellent le Chinois à collaborer plus étroitement avec ces entreprises, pour lutter plus efficacement contre les contrefacteurs. 
 
Alibaba se mobilise pour lutter contre la contrefaçon...
 
Les Etats-Unis ont retiré Taobao de leur liste des sites les plus suspects en 2012, estimant que la plate-forme de vente en ligne avait fait des progrès. Mais depuis, le Bureau du représentant américain au commerce multiplie les avertissements : il avait déjà demandé au groupe d'être vigilant dans un rapport publié en mars 2015.
 
"La contrefaçon est un problème auquel font face toutes les compagnies de e-commerce dans le monde, et nous essayons par tous les moyens de lutter contre cette fraude", a répondu la firme dans un communiqué. 
 
... mais est régulièrement attaqué en justice par les marques
 
En 2015 Alibaba a embauché 200 personnes pour lutter contre ce "fléau". Ces effectifs viennent renforcer une vaste équipe de 2 000 personnes dédiée à la chasse aux contrefacteurs. L'entreprise a  déboursé plus de 160 millions de dollars entre 2013 et fin novembre 2014, pour se débarrasser de 90 millions d'offres douteuses sur son site (particulièrement avant son entrée en bourse à Wall Street, en septembre 2014).
 
Malgré ces efforts, de nombreuses marques portent plainte contre le géant du e-commerce. Gucci, Yves Saint Laurent et d'autres membres du groupe français de luxe Kering ont par exemple attaqué le groupe en mai 2015, l'accusant de proposer à la vente des contrefaçons.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale