Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les Etats-Unis misent sur les données mobiles pour combattre la propagation du Covid-19

Vu ailleurs L’administration américaine a fait part de son intention de recourir aux données de localisation de la population dans le but d’affiner le suivi de la propagation du Covid-19. Une méthode déjà employée par Israël pour identifier tout nouveau cas potentiel d’infection.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les Etats-Unis misent sur les données mobiles pour combattre la propagation du Covid-19
Les Etats-Unis misent sur les données mobiles pour combattre la propagation du Covid-19 © Unsplash/NESA by Makers

Les données mobiles peuvent-elles permettre de suivre plus efficacement la progression de l’épidémie de Covid-19 ? C’est la question que se pose actuellement l’administration américaine, qui a rencontré quelques-uns de ses géants technologiques comme Facebook et Google, pour nourrir sa réflexion, selon nos confrères du Washington Post. Associés à la démarche, des experts de la santé pensent que l'agrégation des informations de géolocalisation des millions d'abonnés mobiles, anonymisées, pourrait s'avérer particulièrement efficace pour évaluer la transmission du virus en temps réel au sein de la population.

 

CONVAINCRE LA POPULATION

Experts sanitaires et technologiques se rejoignent sur le fait que ces données seraient d’une aide précieuse pour le Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC). À tel point qu’ils engagent déjà la campagne visant à convaincre la population, arguant que les renseignements collectés ne viendraient en aucun cas alimenter des bases de données gouvernementales et seraient exploitées par les seules autorités de santé publique.

 

En début de semaine, un groupe notamment composé d’épidémiologistes a ainsi signé une tribune soulignant ce que les entreprises technologiques pourraient apporter à la lutte contre le virus. Une des premières mesures suggérées, adressée aux fournisseurs de systèmes d’exploitation pour smartphones Apple et Google, est "l’implémentation d’une fonctionnalité, respectueuse de la vie privée, permettant aux utilisateurs de donner leur accord quant à la collecte de leurs données de localisation" dans l’espoir d’enrayer la pandémie en détectant les transmissions. Des arguments qui n'empêcheraient pas pour autant une levée de boucliers de la part des utilisateurs, inquiets à propos de leurs données personnelles et de cette collecte à grande échelle par les autorités.

 

Déjà en oeuvre en Israël

Pour les pouvoirs publics, la possibilité de consulter les données de localisation des citoyens permettrait également de s’assurer que les nouvelles règles de distanciation sociale – voire de confinement, lorsque c’est le cas comme en Europe occidentale – sont bel et bien respectées. Une méthode qui vient d'être autorisée en Israël selon le New York Times, où les services de sécurité intérieure peuvent désormais retracer les parcours d’individus infectées et identifier les personnes avec qui ces derniers ont été en contact.

 

La Maison-Blanche consulte régulièrement les géants technologiques sur un autre pan de la crise sanitaire. Amazon, Apple, Facebook, Google, Microsoft et Twitter sont ainsi mis à contribution pour éviter la diffusion de fausses nouvelles au sein de leurs communautés respectives. Pour mémoire, le gouvernement français a aussi reçu les acteurs du Web – réseaux sociaux et moteurs de recherche – pour les inciter à participer à une "stratégie de veille et de réponse" vis-à-vis des utilisateurs. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media