Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les Etats-Unis pourraient durcir leurs sanctions pour empêcher Huawei de se fournir en puces électroniques

Vu ailleurs Les Etats-Unis pourraient prochainement décider de durcir leurs sanctions à l’encontre de Huawei. Déjà privé des technologies et services d’origine américaine, le Chinois connaître un nouveau coup dur si l’administration Trump confirmait son intention d’interdire aux entreprises internationales de se servir d’équipements produits sur son territoire dans le but de fabriquer des puces électroniques pour le compte de la marque au lotus.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les Etats-Unis pourraient durcir leurs sanctions pour empêcher Huawei de se fournir en puces électroniques
Les Etats-Unis pourraient durcir leurs sanctions pour empêcher Huawei de se fournir en puces électroniques © Wikimedia / Sgt. Mikki Sprenkle

Interdire aux entreprises américaines de commercer avec Huawei ne suffit visiblement pas à l’administration Trump. Selon Reuters, les Etats-Unis pourraient encore corser les sanctions auxquelles est soumise l’entreprise chinoise en imposant aux entreprises qui utilisent des équipements américains de fabrication de puces électroniques de se plier à leur liste noire. L’objectif est clair : assécher la source d’approvisionnement à l’international de Huawei.

FREINER LA PROGRESSION DE HUAWEI

Concrètement, la mesure impliqueraient que les fabricants de composants électroniques, où qu’ils soient basés dans le monde, reçoivent une license du gouvernement américain avant de pouvoir utiliser du matériel d’origine américaine. L'administration Trump pourrait alors exiger de chaque fabricant qu'il arrête de commercer avec tel ou tel client. Il s’agit d’une extension de la stratégie que le gouvernement a déjà appliqué à ses propres entreprises, qui doivent demander une dérogation pour pouvoir collaborer avec Huawei depuis mai 2019. Selon Reuters, les Etats-Unis cherchent notamment à ce que le Taïwanais TSMC, plus grand fondeur au monde, ne puisse plus fabriquer autant de composants électroniques pour HiSilicon, une filiale de Huawei.

A cette heure, le décret présidentiel entérinant la décision n’aurait pas été signé. Donald Trump lui-même s’était montré hostile à cette proposition le mois dernier, selon l’agence de presse américaine. "Les répercussions seront plus graves pour les sociétés américaines que pour Huawei, car ce dernier peut mettre en place sa proche chaîne logistique", a évoqué l’avocat en droit des affaires Doug Jacobson pour justifier cette incertitude de la part du président américain.

LE TON MONTE ENTRE LA CHINE ET LES ÉTATS-UNIS

Les Etats-Unis font tout pour convaincre leurs alliés occidentaux de se passer du matériel de l’équipementier chinois dans le cadre du déploiement de la 5G. Mais les craintes de Trump sont bien réelles. Les équipements de fabrication de puces électroniques, extrêmement coûteux et spécialisés, sont en effet produits en majorité par des entreprises américaines à l'heure actuelle, comme KLA Corp, Lam Research ou encore Applied Materials. Mais une telle mesure pourrait inciter leurs clients à chercher d'autres fournisseurs plutôt que de voir leur business régulé par un gouvernement étranger.

Huawei a d'ores et déjà amorcé un changement de cap dans le but de réduire sa dépendance aux technologies américaines. L'entreprise peut en théorie pallier les difficultés induites au niveau logiciel. Elle développe par exemple son propre système d'exploitation, HarmonyOS, pour remplacer Android. Elle a aussi indiqué hier qu'elle embarquerait désormais nativement le moteur de recherche français Qwant sur ses smartphones. Reste les applications tierces, sujet épineux sur lequel il lui sera difficile de concurrencer le Google Play Store. Mais son plus grand casse-tête reste très clairement la production de matériel, comme l'expliquait L'Usine Digitale en juin 2019.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media