Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les Etats-Unis vont financer des alternatives occidentales à Huawei et ZTE à hauteur d'un milliard de dollars

Toujours dans le collimateur des Etats-Unis, qui n’ont pas franchement réussi à dissuader leurs pays alliés de se fournir chez eux en équipements pour la 5G, Huawei et ZTE pourraient ne pas être au bout de leurs peines. Des parlementaires ont formulé une proposition de loi visant à financer le développement d’alternatives occidentales aux technologies télécoms chinoises, à hauteur de 1,25 milliard de dollars.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les Etats-Unis vont financer des alternatives occidentales à Huawei et ZTE à hauteur d'un milliard de dollars
Les Etats-Unis vont financer des alternatives occidentales à Huawei et ZTE à hauteur d'un milliard de dollars © Arthur Le Denn

Un groupe de parlementaires américains, composé de sénateurs démocrates et républicains, a proposé une loi mardi 14 janvier 2020 pour que le gouvernement fédéral soutienne financièrement le développement d’"alternatives occidentales aux équipements des Chinois Huawei et ZTE". Les Etats-Unis débourseraient jusqu’à 1,25 milliard de dollars. Une manière, selon ces politiciens qui émettent des craintes pour l’économie et la sécurité nationales, de compenser l’importante subvention publique accordée à ces entreprises par le gouvernement de Pékin. Une énième mesure alors que les Etats-Unis n’ont pas réussi à pousser les pays alliés au boycott des géants chinois.

 

DES FINANCements ET des règles

La proposition de loi, intitulée Utilizing Strategic Allied (USA) Telecommunications, vise à "encourager la concurrence contre Huawei en capitalisant sur les avantages technologiques américains et en accélérant l’adoption d’une architecture ouverte (O-RAN), qui permettrait aux fournisseurs de faire leur entrée sur le marché spécifique des composants réseau". Dans le détail, le texte propose que la Federal Communications Commission (FCC) débloque 750 millions de dollars – soit 5% de son budget annuel – pour créer un fonds dédié à la R&D en matière de technologies mobiles et géré par une agence du département du Commerce. La proposition encourage aussi la création d’un fonds multilatéral, financé avec les partenaires étrangers et doté d’un budget de 500 millions de dollars.

 

La mise en place d’un plan de transition est, par ailleurs, prévue pour aider les opérateurs télécoms de taille modeste à acheter les futurs équipements compatibles avec les standards ainsi adoptés. Les parlementaires souhaitent aussi renforcer le poids des Etats-Unis dans les organismes internationaux de normalisation et que la FCC harmonise sa procédure d’attribution des fréquences de façon à "créer de nouvelles opportunités pour les équipementiers, tout en favorisant les économies d’échelle".

 

"Les décisions que nous prenons aujourd’hui autour de la 5G se ressentiront sur les décennies à venir. Si l’adoption massive de cette technologie a le potentiel de révolutionner le monde des affaires, elle apporte son lot de risques pour la sécurité nationale. Cela serait désastreux que Huawei, qui opère pour le compte du gouvernement, de l’armée et des renseignements chinois, s’empare de ce marché sans être contrôlé. Ce texte aidera à maintenir l’avantage compétitif et l’intégrité des Etats-Unis, en encourageant les Occidentaux à mettre au point des alternatives innovantes, accessibles et sûres", a estimé le sénateur républicain Richard Burr, président de la commission du renseignement.

 

Fournisseurs ET OPéRATEURS TéLéCOMS SALUENT LE TEXTE

Si les démocrates font front commun avec les républicains contre les géants chinois, ils font, cela dit, part de divergences quant à la conduite à adopter vis-à-vis des pays occidentaux. "L’administration Trump fait la morale à nos alliés au sujet des risques qu’ils encourent à se reposer sur des technologies chinoises plutôt que de travailler au remplacement de ces dernières, a souligné le sénateur Bob Menendez, membre de la commission des relations internationales. Cette loi, qui fournira des ressources au secteur privé, est le premier pas tant attendu pour aller dans la bonne direction. Comme je l'ai déjà dit, confronter la Chine ne signifie pas la même chose que la concurrencer."

 

L’industrie a accueilli la proposition de loi avec enthousiasme. "Nous soutenons ce texte pour aller vers des infrastructures ouvertes et virtualisées, qui accéléreront l’intégration et le déploiement de la 5G tout en réduisant les coûts. Il renforcera l’innovation américaine dans le domaine des technologies mobiles et fournira aux opérateurs télécoms des options plus sûres pour construire leur réseau", a réagi VMware par la voix d’Allwyn Sequeira, vice-président en charge des produits télécoms et cloud. Au-delà des fournisseurs, les opérateurs télécoms semblent aussi y trouver leur compte. "La sécurité des communications est un élément central pour assurer la prospérité économique de notre nation. Cela requiert que l’industrie, le gouvernement et les habitants collaborent pour bâtir et maintenir un niveau d’exigence. Nous nous tenons à disposition du Congrès pour que cette mesure aboutisse", a certifié Robert Fisher, vice-président en charger des relations avec le gouvernement fédéral chez Verizon.

 

A noter que d'autres acteurs entendent capitaliser sur les difficultés de Huawei. Le Sud-Coréen Samsung vient, par exemple, de racheter TeleWold Solutions pour se lancer dans l'infrastructure réseau 5G aux Etats-Unis. Les prochains mois seront cruciaux pour l'avenir du secteur.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media