Les fermetures d’usines de semi-conducteurs vont s'accélérer, prévient IC Insights

Depuis 2009, l’industrie des semi-conducteurs a fermé 83 usines dont le monde, dont trois en France, selon IC Insights. Et la vague de consolidation en marche dans le secteur risque d’accélérer les fermetures, prévient le cabinet américain.

Partager
Les fermetures d’usines de semi-conducteurs vont s'accélérer, prévient IC Insights

L’industrie des semi-conducteurs compte de moins en moins d’usines. Selon IC Insights, 83 unités de fabrication de puces électroniques ont fermé depuis 2009 dans le monde, dont 34 au Japon, 25 en Amérique du Nord et 17 en Europe. La France déplore trois fermetures, dont Freescale à Toulouse en 2012 et LFoundry à Rousset en 2014. Rien qu’en 2014, le secteur a perdu 9 usines dans le monde.

La faute aux MODÈLES "FABLITE" ET "FABLESS"

Une partie de ces pertes se justifie par la migration naturelle de l’industrie vers des usines plus efficaces s’appuyant sur des plaquettes de silicium plus grandes de 200 ou 300 mm de diamètre. Près des deux tiers des fermetures (53 usines) concernent des unités utilisant des plaquettes de 100, 125 ou 150 mm. La France ne compte plus ainsi que deux usines en 150 mm : celle de Tronics Microsytems à Crolles, près de Grenoble, pour la fabrication de Mems sur mesure, et celle d’IPDia à Côte-de-Nacre, près de Caen, pour la production de composants passifs intégrés.

Mais une partie du problème réside dans la tendance des industriels à privilégier le modèle "FabLite" qui consiste à sous-traiter de plus en plus la production auprès de fondeurs comme TSMC, GlobalFoundries, Samsung ou UMC. C’est le modèle choisi par NXP, Infineon, Atmel ou encore Renesas. Certains comme Panasonic et Fujitsu, au Japon, ont décidé carrément de devenir "Flabless", c’est-à-dire sans aucune usine.

et Aux fusions-Acquisitions qui s'enchaînent

La vague de consolidation sans précédent dans le secteur va aggraver le problème, prévoit le cabinet IC Insights. Conséquence du rachat d’International Rectifier, Infineon a ainsi mis en vente l’unité de fabrication de ce dernier à Newport, au Pays de Galles. Faute d’acquéreur, elle risque d’être fermée. La fusion entre NXP et Freescale devrait fournir également son lot de fermetures.

La France n’est pas à l’abri même si elle n’est pas concernée par la consolidation en cours dans cette industrie. Pour mettre fin à ses pertes dans les circuits numériques avancés, STMicroelectronics pourrait décider de fermer l’usine de Rousset, près d’Aix-en-Provence, et d’en transférer la production sur Crolles, craignent les syndicats. La direction dément toutefois toute intention de fermer le site provençal, dont l'activité de fabrication de microcontrôleurs se porte plutôt bien.

Pour IC Insights, ces perspectives constituent une mauvaise nouvelle pour les équipementiers de production des semi-conducteurs, mais une bonne nouvelle pour les fondeurs de silicium.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS