Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les fintechs à l'assaut des applications de messagerie

La pépite britannique TransferWise a annoncé mardi 21 février 2017 le déploiement d'un bot sur Facebook Messenger permettant aux utilisateurs d’envoyer de l’argent à leurs proches résidant dans un pays étranger. La fintech n'est pas la première à s'inviter dans les applications de messagerie. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les fintechs à l'assaut des applications de messagerie
Les fintechs à l'assaut des applications de messagerie

"Hi, I'm the TransferWise Bot. I like to think of myself as bot on a mission… to help you send money around the world as fast as possible, for as little as possible". Depuis ce mardi 21 février 2017, la fintech londonienne TransferWise permet aux utilisateurs d'envoyer de l'argent à l'international en passant par un bot disponible sur Facebook Messenger.

 

 

Un milliard d'euros transférés chaque mois via TransferWise

Une fois sur l'application de messagerie instantanée, deux options s'offrent à l'utilisateur : soit il peut se créer un système d'alertes pour suivre l'évolution du taux de change de certaines devises, soit il peut envoyer de l'argent à un proche. Pour le transfert d'argent, l'utilisateur doit d'abord s'enregistrer, puis la conversation commence avec le bot. Le robot virtuel lui demande quelle devise il souhaite envoyer, dans quel pays réside le destinataire, puis le montant qu'il souhaite envoyer, le nom du destinataire, et enfin, son adresse e-mail.

 

Pour l'heure, le bot est disponible depuis et vers la plupart des pays européens, ainsi qu'au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, au Canada et en Australie. Le service sera ensuite étendu à d'autres pays. Fondée en 2011, TransferWise connaît un franc succès et revendique plus d'un milliard d'euros transférés chaque mois. Créée par Taavet Hinrikus et Kristo Käärmann, la fintech propose aux particuliers de transférer de l'argent à l'international en bénéficiant du taux de change réel, moins onéreux que celui proposé par les banques.

 

La pépite Azimo, elle aussi, s'est invitée sur Facebook Messenger...

La pépite britannique, valorisée 1,1 milliard de dollars, n'est toutefois pas la première à proposer ce genre de service. En août 2016, Azimo, une autre start-up britannique spécialiste du transfert d'argent en ligne, a déployé une nouvelle fonctionnalité permettant aux utilisateurs de passer par Facebook Messenger pour envoyer de l'argent à leurs amis résidant dans un pays étranger. Facebook lui-même a lancé il y a deux ans aux Etats-Unis la possibilité d'envoyer de l'argent à un ami via son application mobile Facebook Messenger. Toutefois, à la différence d'Azimo et de TransferWise, la fonctionnalité ne permet d'échanger de l'argent qu'à l'intérieur d'un même pays.

 

...Tout comme Ingenico, Visa, Mastercard & co

Les fonctionnalités accessibles directement depuis une application de messagerie instantanée comme Facebook Messenger ne se limitent pas au transfert d'argent. A l'occasion du NRF Retail's Big Show, Ingenico a présenté une technologie, développée en partenariat avec une start-up, qui permet d’intégrer une fonctionnalité de paiement directement dans un chatbot déployé sur Facebook Messenger. Selon le profil Facebook de l’utilisateur, l'agent conversationnel lui soumet différents produits. Quand le mobinaute veut passer à l’achat, il procède au paiement directement dans Messenger, sans être renvoyé sur le site de la marque. Objectif : faciliter le paiement sur mobile et augmenter les taux de conversion du m-commerce. Ingenico précise que ce dispositif peut être déployé sur d’autres plateformes de messagerie, comme Skype, Line, Kik, Telegram ou encore WeChat et Slack.

 

 

Les grands spécialistes du paiement ne sont pas en reste. L'américain Visa (qui a inauguré le 21 février son plus grand centre d'innovation à Londres) a également développé une brique technologique permettant de développer des bots de paiement au sein de Facebook Messenger... Tout comme ses rivaux Mastercard, American Express ou encore les pure players Paypal et Stripe.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale