Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les géants d’internet déterminés à briser le monopole d’Intel dans les serveurs

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La domination d’Intel dans les processeurs pour serveurs culmine à 96,6% du marché en 2015, selon IDC. Une situation qui irrite Google, Facebook, Amazon et autre Alibaba, déterminés à tout faire pour briser ce monopole. Mais pas facile de changer la situation.

Les géants d’internet déterminés à briser le monopole d’Intel dans les serveurs
Serveurs Google dédiés à l'intelligence artificielle. © D.R.

Brian Krzanich, CEO d’Intel, peut se réjouir. Son groupe domine plus que jamais le marché des serveurs avec ses microprocesseurs Xeon. Selon IDC, il s’arroge 96,6% du marché en volume en 2015, ne laissant que des miettes à ses concurrents AMD, IBM, Oracle et autre Fujitsu. Sur les architectures X86 et ARM, au cœur  des serveurs banalisés, sa part atteint 99,2%. Autant dire 100%. La part était de 93% en 2010. "Depuis que nous suivons le marché en 2001, la domination d'Intel n’a jamais été aussi élevée", confie Shane Rau, analyste chez IDC.

 

Augmentation des prix par Intel

Une situation qui irrite les géants d’Internet. Les Google, Amazon, Facebook,  Alibaba et autre Rackspace développent eux-mêmes les serveurs de leurs datacenters, serveurs qu’ils font fabriquer par des sous-traitants taïwanais comme Foxconn, Compal, Quanta ou Pegatron. Ils se sentent poings et pieds liés à Intel, libre de pratiquer les prix qu'il veut. Selon IDC, le prix moyen a grimpé de 25% entre 2010 et 2015. Ils semblent déterminés à briser cette situation de monopole.

 

A la pointe de la fronde contre Intel, Google multiplie les initiatives. Et pour montrer son irritation, il a décidé de dévoiler publiquement les deux alternatives à l’étude pour se libérer de sa dépendance vis-à-vis du géant des semiconducteurs. La première consiste à utiliser la puce à architecture ARM de Qualcomm dans ses microserveurs. Une alternative au stade de l’expérimentation dans ses datacenters. La deuxième réside dans le recours à des processeurs à architecture Power d’IBM. Google a réécrit tous ses logiciels de façon à pourvoir les faire tourner sur cette famille de puces. Il va jusqu’à brandir la menace de concevoir ses propres processeurs. Il en a les moyens et la capacité. En témoigne, sa puce TPU dédiée aux tâches d’intelligence artificielle qui a surpris le monde de la high tech lors de son dernier évènement I/O en mai 2016.

 

L'attitude de Google scrutée à la loupe

Les enjeux pour Intel s’annoncent énormes. Avec près de 1,2 million de processeurs pour serveurs achetés par an, Google constitue son troisième plus grand client, derrière Hewlett Packard Entreprise et Dell. Ses choix techniques sont scrutés à la loupe par les autres géants d’internet. S’il délaisse Intel, les autres ont des chances de le suivre.

 

La bataille se joue également en Chine. Qualcomm a profité de la volonté d’indépendance technologique de l’Empire du Milieu pour créer une coentreprise de développement de processeurs à architecture ARM. Le projet va jusqu'à la construction d’un datacenter avec des serveurs motorisés par ses puces.

 

Effervescence autour des processeurs à architecture ARM

Selon IDC, le monopole d’Intel ne peut dorénavant que baisser. Après une décennie de déclin, AMD, son seul challenger dans l’architecture X86, est de retour avec son processeur Zen en gravure de 14 nanomètres, dont le lancement est prévu au début de 2017. Mais c'est dans les processeurs à architecture ARM que l’effervescence bat son plein avec les puces Hydra de Qualcomm, X-Gene 3 d’Applied Micro, ThunderX 2 de Cavium et peut-être Vulcan de Broadcom. Selon IDC, cette famille de processeurs devrait prendre 9,7% du marché en volume en 2020. C’est mieux que rien. Mais c’est loin de changer fondamentalement la donne.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale