Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les grandes puissances divisées sur le Bitcoin

Comme la banque centrale chinoise, la Banque de France met en garde contre l'utilisation du Bitcoin. A l'inverse, cette monnaie virtuelle bénéficie d'un statut de moyen de paiement légal aux Etats-Unis et de celui de "monnaie privée" en Allemagne.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les grandes puissances divisées sur le Bitcoin
Les grandes puissances divisées sur le Bitcoin © Adam Crowe - Flickr - C.C

Malgré son succès grandissant, le Bitcoin peine à être reconnu par les autorités monétaires. Dernier exemple en date avec un rapport de la Banque de France publié jeudi 5 décembre. Dans ce doumument intitulé "les dangers liés au développement des monnaies virtuelles : l’exemple du bitcoin" et consultable ci-dessous, l'institution dénonce le caractère "hautement spéculatif" de cette monnaie qui présente un "risque financier certain" pour les personnes qui la détiennent.

Une trop forte volatilité pour la France

Lancé en 2009, le Bitcoin a vu son cours s'envoler, passant de 200 dollars à plus de 1 000 entre octobre et novembre dernier. Mais "si la forte volatilité du Bitcoin constitue un intérêt éventuel pour des spéculateurs particuliers ou professionnels, ces derniers doivent néanmoins être conscients des risques encourus", fait valoir la Banque de France. Surtout, le Bitcoin permet de contourner les règles anti-blanchiment, souligne le rapport. "Dans ce contexte, une action des forces de l'ordre est nécessaire pour faire stopper ces activités illicites", réclame la banque centrale.

Non reconnu par la Chine

La banque centrale chinoise a de son côté publié une note indiquant que le Bitcoin n'avait pas de cours légal. "Les bitcoins ne sont pas émis par des autorités compétentes", ils "n'ont pas de cours légal" ni "le même statut légal que les monnaies fiduciaires" et "ce n'est en aucun cas une authentique devise", a averti l'institution sur son site internet. 

Légalisation en cours aux Etats-Unis et en Allemagne

Moyen de paiement légal aux Etats-Unis, le Bitcoin est d'ailleurs bien vu par les autorités monétaires. Le gouverneur de la Fed, Ben Bernanke, a récemment indiqué que les monnaies virtuelles "pourraient présenter des promesses de long terme" et pourraient permettre de "promouvoir un système de paiement plus rapide, sûr et efficace".

En Allemagne, le Bitcoin est considéré comme une "monnaie privée" depuis août 2013. Ce statut permet tout simplement au fisc allemand de taxer les opérations effectuées avec cette devise. Cette mesure permettrait également de limiter l’évasion fiscale, facilitée par l’absence de règlementation.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media