Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les hackers de la NSA prêts à partir au cybercombat

Tapis derrière leurs écrans d'ordinateurs, les hackers de la NSA (Agence nationale de sécurité américaine) sont prêts à partir au combat. Ils sont entrainés par le centre de formation Politerain à détruire des systèmes informatiques sensibles chez les opposants des Etats-Unis, révèlent une série de documents rendus publics par l'informaticien Edward Snowden et étudiés par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel. Les USA espionnent les citoyens du monde entier via leur programme de surveillance Prism, et s'appuient sur les informations récoltées pour passer à l'offensive. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les hackers de la NSA prêts à partir au cybercombat
Les hackers de la NSA prêts à partir au cybercombat © tj.blackwell - Flickr - C.C.

"Notre tâche est de dégrader ou de détruire à distance les ordinateurs, les routeurs et les appareils branchés sur le réseau de nos opposants, en attaquant leur matériel informatique", explique l'organisme de formation des hackers de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) baptisé Politerain, dans un document daté de 2007 dévoilé par l'ancien agent Edward Snowden. Cette école de pirates au service des intérêts américains recrute et forme des stagiaires qui veulent "casser des choses".

Neuf spécialistes de l'informatique se sont attaqués, pour l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, à l'étude d'une quarantaine de nouveaux documents rendus publics par l'Américain. Jacob Appelbaum, qui a notamment développé le réseau décentralisé Tor, a participé à cette analyse.

destruction des infrastructures sensibles

D'après leur compte-rendu détaillé publié le 17 janvier, la NSA ne se contente pas de son vaste programme d'espionnage Prism. Avec ses alliés de "l'alliance des cinq yeux" (Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande, Canada et Australie), elle entraine à la cyberguerre des troupes déjà opérationnelles. Capables de s'attaquer aux outils informatiques contrôlant les centrales nucléaires, les aéroports, les usines, elles pourraient les paralyser.

La NSA s'appuie pour cela sur la surveillance de Prism, dont le but est "de détecter les vulnérabilités dans les systèmes ennemis" pour les infiltrer, rapporte Der Spiegel. Une fois ces systèmes noyautés, les agents de l'agence peuvent passer au véritable objectif de leur activité : la "domination" de ces infrastructures critiques, qu'ils contrôlent et peuvent détruire lorsqu'ils le jugent nécessaire.

Utiliser les attaques de l'ennemi à son compte

Politerain espérait, avant la publication du document daté de 2007, être autorisé à mettre en œuvre le programme Argyleanien, qui vise à effacer les "données sensibles" des disques durs des ordinateurs ennemis. "Nous voulons utiliser [Argyleanien] pour provoquer la perte de données" essentielles à nos opposants, explique le texte révélé par Snowden.

Un autre dossier décortiqué par l'équipe de Der Spiegel détaille les techniques utilisées par la NSA pour tirer parti de l'espionnage et des attaques informatiques commises par des pays qui ne sont pas ses partenaires, comme la Chine ou la Corée du Sud. Le département S31177 del'agence américaine est chargé de repérer les opérations de piratage venant de l'étranger et de les étudier pour en réutiliser par la suite le mode opératoire.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale