Les hôpitaux marseillais s'équipent d'un robot de radiothérapie pour traiter plus efficacement le cancer

L'hôpital Nord de Marseille s'équipe d'un robot de radiothérapie, le CyberKnife S7, développé par l'Américain Accuray qui est spécialisé dans les dispositifs médicaux. L'objectif de cette acquisition, d'un montant de 4,7 millions d'euros, est de perfectionner le traitement des cancers grâce à cette machine qui émet des rayons avec une très grande précision permettant ainsi de protéger les tissus sains.

Partager
Les hôpitaux marseillais s'équipent d'un robot de radiothérapie pour traiter plus efficacement le cancer

L'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM), qui regroupe cinq hôpitaux, a annoncé le 6 juillet se doter d'un robot de radiothérapie, le CyberKnife S7, pour un montant de 4,7 millions d'euros. Le nouvel engin sera inauguré en octobre 2020 et permettra de traiter plus efficacement les cancers du poumon de taille limité, du foie, du sein ou encore des os.



Un robot développé par l'Américain Accuray
Le CyberKnife S7 a été développé par l'entreprise américaine Accuray Incorporated, spécialisée en dispositifs médicaux de radiothérapie pour le cancer. Le robot permet de traiter les tumeurs par radiothérapie stéréotaxique appelée également radiochirurgie. Il s'agit d'une technique de haute précision basée sur l'utilisation de microfaisceaux permettant d'irradier de très petits volumes.

Ses avantages sont multiples. La séance de radiothérapie est beaucoup plus efficace et rapide. En effet, grâce à sa très grande précision, CyberKnife permet d'augmenter l'intensité du traitement tout en protégeant les tissus sains situés à côté des tissus malades. Conséquence de quoi, le nombre de séances de radiothérapie est réduit. Un avantage considérable pour les hôpitaux publics qui ont parfois du mal à absorber le flux de patients.

Ce nouveau système de radiothérapie prend la forme d'un bras robotisé qui émet des rayons de très petites tailles qui peuvent être multipliés autant que nécessaires. Les rayonnements ionisants interagissent avec les cellules cancéreuses en fragmentant leur ADN qui altère leur fonctionnement normal. Grâce à un détecteur de mouvement basé sur un algorithme d'apprentissage automatique, l'orientation des rayons s'adapte à la position des organes à traiter. Une fonctionnalité qui permet de cibler précisément la zone malade et de protéger les tissus connexes. Dans les appareils conventionnels de radiothérapie, les rayons peuvent touchés involontairement des tissus sains lorsque le patient bouge pendant l'intervention.


Traiter plus efficacement grâce à la robotique médicale

En France, le cancer est la première cause de décès chez l'homme et la deuxième chez la femme. La radiothérapie fait partie des traitements de référence de cette maladie. Elle peut être à visée curative pour guérir le patient ou palliative pour le soigner en soulageant les symptômes provoqués par la tumeur. Elle est parfois utilisée seule pour des cancers de faible gravité ou lorsque la chirurgie n'est pas possible. Ce traitement est également utilisé en association avec une opération et des médicaments (chimiothérapie).

L'usage de robots dans le cadre du cancer se multiplie. Début juin, le CHU de Montpellier a annoncé le succès d'une ablation du cancer du foie avec l'assistance du robot médical de Quantum Surgical. Le recours à cette machine permet réduire la lourdeur de l'opération : l'anesthésie est raccourcie et l'incision est beaucoup plus petite. Les soins post-opératoires sont de ce fait réduits. Dans le monde, plusieurs entreprises offrent déjà des solutions robotisées pour traiter les cancers comme Medtronic et son robot Mazor X ou Intuitive surgical avec Da Vinci.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS