Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les IA d’Alibaba et Microsoft battent les humains à la lecture

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L'intelligence artificielle est-elle sur le point de dépasser l'homme dans un nouveau domaine ? Le même jour, Alibaba et Microsoft annoncent que chacune de leur IA a vaincu l'être humain à un test de lecture de référence. Une avancée importante qui ouvre de nouveaux champs d'activité aux IA comme la recherche ou le service à la clientèle.

Les IA d’Alibaba et Microsoft battent les humains à la lecture
Les IA d’Alibaba et Microsoft battent les humains à la lecture © Ian Fogg - Flickr - CC

L’intelligence artificielle a franchi une nouvelle étape dans la longue série de ses “premières fois”. Un jalon d’autant plus remarquable qu’il a été posé presque simultanément par Alibaba et Microsoft. Le lundi 15 janvier, chacun de leur côté, les deux entreprises ont annoncé que leur intelligence artificielle avait réussi à battre l’être humain à un test de lecture.

 

Un test de référence pour tous les acteurs de l’intelligence artificielle

Le Stanford Question Answering Dataset (SQuAD) est un test de lecture de référence qui consiste à poser plus de 100 000 questions à partir de 500 articles Wikipédia. Il s'agit de questions fermées, ne faisant pas appel à l'interprétation : “En quelle année Genghis Khan est mort ?” ou bien “Combien de huguenots ont fui la France dans les années 1700 ?*” Le site recense les meilleurs performances des IA et l’on peut constater que d’autres acteurs sont dans la course : Salesforce, Samsung ou encore Tencent...

 

Selon l’Institute of Data Science and Technologies (iDST) d’Alibaba, l’IA qu’ils ont développé a obtenu un score de 82,44 contre 82,304 pour l’humain si on considère la notation Exact Match (qui ne prend en compte que les réponses exactes). Sur le même test, l’IA de Microsoft Research Asia a obtenu un résultat de 82,65.

 

Pranav Rajpurkar, doctorant à l’Université de Stanford travaillant dans le projet SQuAD, s’enthousiasme de ces résultats et pose déjà un nouveau défi aux intelligences artificielles : battre l’humain sur la notation F1 qui prend en compte la précision mais aussi le rappel, c’est-à-dire la capacité à retrouver de nombreux documents pertinents pour la question posée.

 

 

Des applications commerciales dans le service à la clientèle

Sur son blog, Microsoft salue cette avancée : Il s’agit d’un jalon majeur dans l’effort pour réussir à faire interagir des moteurs de recherche comme Bing ou des assistants virtuels comme Cortana avec les gens et leur apporter de l’information de manière plus naturelle.”

 

Dans un communiqué, Alibaba parle d’exporter cette technologie à ses clients dans un futur proche et vante la valeur commerciale de son IA : “Alibaba a utilisé cette technologie plusieurs années pour son 11.11 Global Shopping Festival, avec des machines répondant à de large quantités de demandes des clients.”

 

D’autres applications commerciales sont envisageables pour le traitement du langage naturel, notamment dans les services à la clientèle : l’élaboration de tutoriels pour les visiteurs de musées ou la réponse aux questions médicales de patients.

 

Des changements vertigineux pour la recherche ?

Dans une vidéo didactique, Microsoft esquisse les avantages d’une telle technologie pour les métiers de la recherche, de l’expertise ou de la justice. Un avocat pourrait ainsi retrouver rapidement toutes les occurences d’un mot dans une montagne de documents. Et, à la manière du logiciel d’analyse criminelle Anacrim, qui balaye de grandes quantités d’informations pour déceler de nouvelles pistes d’enquête, une IA bien dressée pourrait faire émerger dans les textes les plus classiques des sens auxquels l’humain n’aurait pas songé. La lecture, envisagée comme une compétition entre l’homme et la machine ? Il y a de quoi émerveiller comme terroriser les poètes en nous.

 

* 1227 et 300 000

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

3 commentaires

Dominique Rabeuf
18/01/2018 07h58 - Dominique Rabeuf

L'article fait écho à une nouvelle imposture. Il fallait titrer: Google et Ali Baba scannent plus vite Wikipédia que les humains. On le savait déjà.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Pierr. G
17/01/2018 17h14 - Pierr. G

Encore une annonce un peu creuse. Il suffit de regarder les traductions absolument ridicule que fait Google traduction ou même ce qui ressort du moteur de recherches Google pour se rendre compte que l'on n'est très loin du compte. Google pour ces recherches par d'indexation de mots en dehors de tout contexte de la demande alors il nous donne des liens un peu grotesques parfois (souvent). Ceci dit on peut constater des gros progrès lorsque l'on utilise https://www.deepl.com/translator (issu du très célèbre linguee) plutôt que Google traduction. Parler d'IA est à la mode mais pour (le traitement du langage naturel, notamment dans les services à la clientèle : l’élaboration de tutoriels pour les visiteurs de musées) ce n'est pas pour demain. Cela avance mais pas si vite que cela comme voudrai le faire croire le doctorant. Cordialement

Répondre au commentaire | Signaler un abus

verdarié
17/01/2018 08h25 - verdarié

Appeler intelligence le fait de savoir reconnaître des mots pour les associer à des réponses est aussi intelligent que d'appuyer sur un bouton pour allumer la lumière ! C'est pas de l'intelligence c'est un exploit que google et les autres réussissent fort bien !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale