Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"Les industriels du luxe pourraient devenir des sous-traitants pour les géants de la high-tech", selon Oussama Ammar

Le web menace-t-il les industriels du luxe à la française ? C'est en tout cas ce que pense Oussama Ammar, co-fondateur de l'accélérateur de start-up The Family. Il organise les 1er et 2 juillet 2014 "Hackers on the runway", une conférence qui permettra aux acteurs clefs des deux univers de se rencontrer.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les industriels du luxe pourraient devenir des sous-traitants pour les géants de la high-tech, selon Oussama Ammar
"Les industriels du luxe pourraient devenir des sous-traitants pour les géants de la high-tech", selon Oussama Ammar © the family

L'Usine Digitale - Les industriels du luxe savent-ils se saisir des opportunités qu'offre le numérique pour développer leur activité ?

Oussama Ammar - Pas vraiment. La croissance dans le luxe en France est à la baisse. Il faut que les industriels se saisissent de nouveaux marchés. Celui de la "wearable tech" par exemple. Jobun propose un bracelet connecté qui permet à ses utilisateurs de compter leur nombre de pas, de connaître leur rythme de sommeil... Cet outil fonctionne bien, mais il n'est pas très élégant.

Nous sommes en train de développer un projet de bracelet connecté dans notre accélérateur, qui est encore en phase de prototypage. Cette start-up a créé un device customisable par les marques : elles peuvent y apposer leur image et sortir un bracelet connecté de luxe, pour les clients fortunés. Sauf que pour le moment, les groupes français ne sont pas intéressés. Du coup, Jobun va perfectionner son produit, sortir d'ici quelque temps une version haut de gamme de son bracelet, et les sociétés françaises auront perdu le marché…

A la lumière de cet exemple, pensez-vous que les entreprises du luxe risquent de se faire évincer par les géants des nouvelles technologies ?

Les groupes français pourraient un jour devenir des sous-traitants des géants du net, comme cela s'est produit en moins de 10 ans pour les éditeurs de livres qui sont désormais sous la coupe de la société de vente en ligne Amazon. Leurs relations devraient suivre le schéma classique des rapports géants/sous-traitants : au départ, c'est la lune de miel. Le gros groupe drague les entreprises qui détiennent le savoir-faire dont il a besoin. Les éditeurs, par exemple, étaient surpris qu'une compagnie accepte de livrer gratuitement leurs livres chez les clients. C'était en fait un moyen pour Amazon de s'emparer du marché.

Ensuite, viendra la phase du purgatoire : les sociétés commenceront à s'apercevoir que les compagnies du web deviennent leurs principaux clients. Enfin, l'enfer : comme Amazon le fait avec les éditeurs, les groupes des nouvelles technologies pourront faire pression sur les prix des prestations des entreprises qui sont devenues de fait leurs sous-traitants, car elles n'ont pas d'autres clients de cette importance. Ils pourront ainsi gonfler leurs marges.

Les sociétés du luxe ont encore une marge de manœuvre pour éviter que ce phénomène ne se produise, car elles sont très bien implantées et que leur image de marque est forte. Mais si elles ne se saisissent pas des outils numériques pour prendre de vitesse les géants du net, ce scénario risque de devenir une réalité.

Pour pallier à ce risque, comment les groupes du luxe peuvent-ils se saisir des outils numériques ?

Pour comprendre le digital, les entreprises devraient être plus à l'écoute des innovations proposées par les start-up. Mais la plupart du temps, ces deux univers se regardent en chien de faïence. "Hackers on the runway" est la première conférence qui va mêler les deux secteurs en France. Lorsque nous avons appelé les industriels du luxe, nous avons essuyé un certain nombre de refus. Ils se méfient des petits entrepreneurs du web, qui ne maîtrisent pas les codes et risquent de briser leur image.

Propos recueillis par Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale