Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les logiciels dans la campagne des municipales : Cinquante+1 optimise le porte-à-porte

Nouveau volet de notre série consacrée aux outils numériques dans la campagne des municipales. Cinquante+1, développé par l'agence Liegey Muller Pons, est l'arme du Parti socialiste pour se (re)connecter aux électeurs indécis.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les logiciels dans la campagne des municipales : Cinquante+1 optimise le porte-à-porte
Les logiciels dans la campagne des municipales : Cinquante+1 optimise le porte-à-porte © Cinquante+1

A l'heure du web et des réseaux sociaux, le bon vieux porte-à-porte n'a jamais autant eu la cote en politique. L'essor du logiciel Cinquante+1, développé par l'agence parisienne Liegey Muller Pons (proche du Parti socialiste) illustre et accompagne cette tendance de fond. L'outil "rationnalise cette pratique, avec des méthodes scientifiques" résume Clémence Pène, responsable de la campagne numérique d'Anne Hidalgo.

inspiration américaine

Ses concepteurs ont observé de près les méthodes employées dans la campagne de Barack Obama en 2008. Alors étudiants – et militants socialistes – ils mettent en place une première expérimentation en 2010, lors de la campagne des régionales en Ile de France. L'essai est transformé : le trio Liegey-Muller-Pons (pas encore à la tête de l'agence du même nom) pitche son projet à la direction du PS, à l'université d'été du parti.

Il faudra attendre novembre 2011 pour que le logiciel (alors baptisé Tous Hollande) soit utilisé à grande échelle. "Nous avons formé 6 000 mobilisateurs, qui ont ensuite sensibilisé 80 000 volontaires. Ce sont plusieurs millions d'électeurs qui ont été touchés durant la campagne", raconte Guillaume Liegey. François Hollande aurait gagné trois points au premier tour, et près de 300 000 voix au second, grâce à cette méthode.

de "tous hollande" à "cinquante+1"

"Tous Hollande" est l'ancêtre de Cinquante+1, logiciel utilisé par plus de 70 équipes de campagne socialistes (notamment Paris, Montpellier, Grenoble, Brest…) lors de ces élections municipales. "Nous avons volontairement limité ses fonctionnalités : ciblage, cartographie, élaboration de feuilles de route, reporting", détaille Guillaume Liegey. "Nous proposons également des guides pratiques pour accompagner les équipes".

Découvrez aussi notre dossier "Les usines au coeur de la bataille des municipales"

 

Cinquante+1 permet d'identifier des zones prioritaires, pour y organiser des campagnes de porte-à-porte efficaces. "L'outil permet de faire remonter de nombreuses informations du terrain : nombre de portes frappées, qualité de l'échange, présence de l'adversaire" décrypte Clémence Pène, de la web team d'Anne Hidalgo. "Cela reste de l'humain, du terrain. Le numérique permet de mener une campagne augmentée, avec plus de porte-à-porte, des événements plus porteurs, une plus forte audience", juge-t-elle. Le logiciel est également utile pour adapter le discours aux réalités hyper-locales. "On ne fait pas campagne de la même façon dans le 12e arrondissement et dans le 5e", résume la jeune femme.

 

ambitions européennes

Cinquante+1 a été créé pour s'adapter à tout type de terrain électoral : grande ou petite ville, en France ou à l'étranger. L'agence Liegey Muller Pons fonde de grands espoirs dans son développement hors des frontières hexagonales, notamment en Europe de l'Est et du Sud. Il s'est déjà exporté en Allemagne et en Belgique.

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale