Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les lunettes connectées ultra discrètes d'Intel, des "Google Glass" en mieux ?

mis à jour le 05 février 2018 à 17H30
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vu ailleurs Vidéo Intel travaille sur une paire de lunettes connectées dont une version en accès anticipé devrait sortir en 2018. Leur force est qu'elles sont très discrètes, pas plus encombrantes qu'une paire de lunettes de vue. L'entreprise serait actuellement à la recherche de partenaires stratégiques pour ce business, qui pourrait lui servir de démonstrateur pour présenter sa plateforme technologique à de potentiels clients.

Les lunettes connectées ultra discrètes d'Intel, des Google Glass en mieux ?
Les lunettes connectées ultra discrètes d'Intel, des "Google Glass" en mieux ? © Intel

Le groupe "New Devices" d'Intel travaille sur des lunettes connectées baptisées Vaunt, et en fournira une version en accès anticipé dès cette année. L'information provient d'un article de The Verge paru le 5 février, après avoir fuité dans Bloomberg.
 

Les lunettes se distinguent de la concurrence par leur forme identique à celles de lunettes de vue. Elles ne pèsent que 50 grammes. Elles fonctionneront en tandem avec un smartphone auquel elles seront connectées par Bluetooth. Elles seront capables d'afficher des informations dans le champ de vision de l'utilisateur, mais pas question de modèles 3D à la façon d'un casque HoloLens. Il s'agit ici de texte et d'icônes 2D qui sont limités à un petit espace d'environ 400 x 150 pixels en bas de l'oeil droit de l'utilisateur. L'affichage est monochrome (de couleur rouge) et fournit par des MEMS combinés à un petit laser très basse puissance qui se reflète dans le verre des lunettes.

 

Une approche "low tech" délibérée

Des fonctionnalités basiques qui sont le fruit d'une volonté d'Intel d'adapter la technologie à l'utilisateur pour en faire disparaître les frictions. L'échec retentissant de Google Glass n'a pas échappé au géant des processeurs. Conséquence de cette approche : pas de caméra embarquée (on se rappelle de l'hystérie provoquée par celle de Google Glass) ni de pavé tactile. L'interface utilisateur n'est pas encore arrêtée, mais devrait se faire principalement par la voie (à l'aide d'un assistant type Amazon Alexa) ou de légers mouvements de la tête.

 

Autre différence clé : la zone d'affichage est invisible tant que l'utilisateur ne fait pas l'effort de la regarder en baissant légèrement les yeux). Elle est suffisamment proche du seuil de vision au repos pour que l'utilisateur détecte de nouvelles notifications, mais elle est conçue par défaut pour ne pas être distrayante. Les cas d'usages imaginés par Intel sont des informations contextuelles comme des choix de restaurant, des données de navigation guidée pour se déplacer à pied, des notifications comme un appel entrant, ou des recettes de cuisine affichées à l'aide d'un assistant vocal.

 

 

Les lunettes seront compatibles avec les smartphones Apple ainsi qu'avec les appareils Android, et Intel compte publier et mettre à jour sa propre application sur les deux app stores. Un programme d'accès anticipé mettra les lunettes à disposition des développeurs un peu plus tard cette année. A noter que les lunettes doivent être adaptées au visage de chacun (spécifiquement à la distance inter-pupillaire), comme des lunettes de vue. Les lunettes seront a priori fabriquées par l'entreprise taiwanaise Quanta, et plusieurs styles différents seront proposés.

 

Intel cherche des partenaires stratégiques

D'après Bloomberg, Intel serait à la recherche d'investisseurs pour acquérir la majorité des parts de ce business, dont il estimerait la valeur à 350 millions de dollars. La division compterait environ 200 personnes réparties aux États-Unis, en Suisse et en Israël. Elle serait en partie composée d'anciens employés de Recon, une entreprise qui développait des lunettes de réalité augmentée dont Intel avait fait l'acquisition en juin 2015 et qu'il a fermé en octobre 2017. Cependant Intel voudrait plus qu'une simple participation financière et souhaiterait s'entourer d'acteurs capables de contribuer concrètement au projet (que ce soit par un réseau de distribution ou des capacités de design ou de production industrielle).

 

Une stratégie logique pour Intel, pour lequel la finalité n'est pas forcément d'imposer son propre produit sur le marché, mais plutôt de faire de sa plateforme technologique la référence, s'assurant qu'elle se retrouve dans les produits d'autres entreprises. L'entreprise fabrique l'intégralité des technologies présentes dans les lunettes, y compris une puce ASIC conçue spécifiquement pour cet usage. Qualcomm est pour le moment le choix le plus courant pour les lunettes de réalité augmentée comme celles de Vuzix ou ODG, mais l'arrivée de poids lourds comme Apple pourrait changer la donne, d'autant que ce dernier est en conflit avec Qualcomm. L'approche "très basse consommation" d'Intel devrait également lui permettre de se démarquer.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale