Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les opérateurs européens veulent faire payer Netflix pour les réseaux télécoms

Orange et les grands opérateurs historiques européens remontent au créneau pour demander une participation financière aux fournisseurs de streaming. Acheminer leurs flux vidéo demande des investissements considérables.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les opérateurs européens veulent faire payer Netflix pour les réseaux télécoms
Les opérateurs européens veulent faire payer Netflix pour les réseaux télécoms © Unsplash/YTCount

Et revoilà le débat sur la répartition des coûts des infrastructures télécoms entre les opérateurs et les entreprises dont les services consomment beaucoup de bande passante. Les premiers accusent les seconds, Netflix en tête, de profiter de "tuyaux" qu'ils ne financent pas. Le 29 novembre, 13 opérateurs membres de l'Association des opérateurs télécoms européens (Etno) ont publié une déclaration commune appelant la Commission européenne à faire en sorte que les géants du streaming participent aux investissements dans l'infrastructure.

"Des investissements permanents"
"Une part importante et grandissante du trafic sur les réseaux est générée et monétisée par les grandes plateformes, or cela requiert des investissements permanents et intensifs pour le secteur des télécoms. Ce modèle ne peut être soutenable que si ces grandes plateformes participent de manière équitable aux coûts des réseaux", écrivent Orange, Telekom Austria, Vivacom, Proximus, Telenor, KPN, Altice Portugal, Deutsche Telekom, BT, Telia, Telefónica, Vodafone et Swisscom.
 


Netflix représente à lui seul plus de 20% du trafic vers les clients des opérateurs en France, selon l'Arcep. En ajoutant le trafic venant de Google (YouTube), Akamai – un diffuseur de contenu (CDN) qui achemine le trafic pour le compte de Disney, notamment – et Facebook, on atteint 50% du trafic en France. Sur le mobile, ces fournisseurs représentent encore une plus grosse part : plus de 60%, rappelle le quotidien Les Echos, qui cite un opérateur français selon lequel 1 milliard d'euros serait investi chaque année par le secteur juste pour absorber les flux du streaming sur les réseaux mobiles.

D'après Les Echos, les opérateurs télécoms cherchent dans un premier temps à instaurer un code de bonne conduite "qui plafonnerait la résolution des vidéos à 480p sur les smartphones", ce qui réduirait la charge et aurait pour avantage collatéral d'économiser 13% d'empreinte carbone, sans avoir à pénaliser les clients ni à revenir sur le principe de neutralité du Net en priorisant certains flux au détriment des autres. Le quotidien économique croit savoir que les opérateurs français comptent profiter de la présidence française de l'UE pour faire valoir leur point de vue.

La Corée du Sud met la pression sur Netflix
Ces affaires ne datent pas d'hier et ne sont pas propres à la France ou à l'Europe. En juin dernier, la justice sud-coréenne a obligé Netflix à négocier des accords d'interconnexion (peering) payants avec les opérateurs mobiles nationaux, répondant à une plainte de SK Telekom datant de fin 2019. 

En mai, un membre du régulateur américain des télécoms (FCC) a appelé dans la presse le Congrès à prendre des mesures pour faire en sorte que les Big Tech contribuent équitablement au financement des réseaux. "Les Big Tech profitent gratuitement de notre infrastructure Internet sans participer aux milliards de dollars qu'elle coûte à construire et à gérer", estime-t-il. Ce qui n'est pas tout à fait vrai si l'on prend en compte les infrastructures privées mises en place par les fournisseurs de services pour distribuer leurs contenus. 

En France, dès 2012 Orange avait obtenu de l'Autorité de la concurrence la possibilité de faire de l'interconnexion payante dans le cadre d'un conflit qui l'avait opposé à l'opérateur de transit Cogent. En 2013, un long conflit avait également opposé Free à Google sur la question du peering payant.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Michel
07/12/2021 10h28 - Michel

Amusant Comme notre abonnement telecom paie aussi les gigaoctets de nos fluxs, on va finalement faire payer 2 x le consommateur qui aura Netflix L’objectif non avoué etant finalement, pour les opérateurs européens de rendre Netflix moins competitif que les offres de Streaming maison

Répondre au commentaire | Signaler un abus