Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les opérateurs télécoms divisés sur la vente de la fréquence 4G 700 MHz par l'Etat

[Actualisé] - François Hollande a demandé des enchères d’attribution aux télécoms des fréquences 700MHz de la télévision dès 2015. L’Etat espère en retirer jusqu’à 3 milliards d’euros. Mais les secteurs concernés pourraient ne pas apprécier. Les opérateurs télécoms avancent divisés sur la question.

mis à jour le 06 octobre 2014 à 12H04
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les opérateurs télécoms divisés sur la vente de la fréquence 4G 700 MHz par l'Etat
Les opérateurs télécoms divisés sur la vente de la fréquence 4G 700 MHz par l'Etat © Alvimann - MorgueFile - C.C.

François Hollande a demandé à l’Arcep (Autorité de régulation des télécommunications électroniques et des postes) de lancer dès 2015 la procédure d'attribution aux opérateurs télécoms des fréquences 700 MHz de la télévision. Cette bande de fréquences basses, adaptée aux zones peu denses, permettrait un déploiement plus rapide des réseaux 3G et 4G. Et pourrait surtout rapporter à l’Etat jusqu’à 3 milliards d’euros. Le gouvernement avait déjà évoqué ces enchères au printemps expliquant que ce budget serait réalloué à la Défense.

Trop tôt pour les télécoms ?

Mais les opérateurs télécoms pourraient avoir du mal à assumer de telles enchères. Lors de la précédente opération, il y a seulement 3 ans, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Iliad avaient déjà dû débourser un total de 3,6 milliards d’euros. De plus, l’Arcep vient tout juste de publier ses chiffres pour le 2e trimestre, qui pointent une chute de 4,1% des revenus des opérateurs sur cette période. Et même si Orange se porte plutôt bien, et qu’Iliad n’a d’yeux en ce moment que pour l’opérateur américain T-Mobile, les deux autres acteurs ne brillent pas par leur forme. SFR vient d’être revendu à Numéricable et il avait dû mutualiser son réseau mobile avec celui de Bouygues Telecom pour réduire ses coûts de déploiement.

Une régulation télécoms et audiovisuelle intégrée

De leur côté, le secteur de la TNT, avait exprimé dès la première évocation d’une telle réallocation des fréquences, son inquiétude à l’heure où il déploie la haute définition. Cette situation a d’ailleurs conduit le Président de la République à demander également une intégration plus forte des régulations de l’audiovisuel et des télécoms en France. Même si l’éventualité en a déjà été évoquée, il ne s’est pas spécifiquement exprimé en faveur d’un rapprochement des deux autorités CSA et Arcep. Aucune des deux ne voyant une telle opération d’un bon œil.

Actualisation du 6 octobre 2014 : Suite aux annonces de François Hollande, les opérateurs télécoms n'ont pas tardé à réagir... pour la plupart de manière anonyme. "Nous sortons à peine des enchères précédentes...", a argué un acteur du marché à ZDNet. "Le calendrier d’attribution doit tenir compte de la nécessité pour les opérateurs de planifier sereinement leurs investissements", a renchéri un autre opérateur aux Echos. Pour Free, c'est une véritable aubaine : "C’est une assez bonne nouvelle, on savait qu’un deuxième dividende numérique allait arriver, il est prévu sur l’ensemble de l’Europe, il est déjà utilisé aux Etats-Unis. On évoquait, jusqu’il y a deux mois, plutôt un calendrier de libération effective de la bande, vers 2020-2021. C’est une décision courageuse qui a évité le long débat qu’on avait eu pour les précédentes enchères", a déclaré Maxime Lombardini, directeur général de Free, comme le rapporte ZDNet.

Emmanuelle Delsol

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale