Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"Les outils collaboratifs sont nécessaires pour être plus autonomes et réactifs" explique le DRH de la SNCF

François Nogué est directeur des ressources humaines (DRH) de la SNCF. Il vient d'obtenir le premier prix du DRH numérique remis par l'association nationale des DRH. Il nous a expliqué en quoi consiste le projet récompensé par ses pairs et quelle est sa vision des ressources humaines à l'heure du numérique.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les outils collaboratifs sont nécessaires pour être plus autonomes et réactifs explique le DRH de la SNCF
"Les outils collaboratifs sont nécessaires pour être plus autonomes et réactifs" explique le DRH de la SNCF © D.R.

L'Usine Digitale - L'Association nationale des DRH (ANDRH) vous a remis le prix du DRH numérique. Qu'a de particulier le réseau social interne que vous avez mis en place ?

François Nogué - C'est un réseau pour la fonction "ressources humaines", soit 4000 personnes, l'entreprise comptant 250 000 personnes. Dans une entreprise au périmètre de plus en plus large et diversifié, les équipes RH interviennent dans des environnements différents. Pour cela, nous voulions avoir un outil de communication collaboratif, qui nous a valu cette récompense.

Parmi ses atouts, je peux citer qu'il est consultable de partout en interne comme en externe, qu'on y trouve toutes les actualités RH du mois, une bibliothèque de communications, du e-learning... Ensuite, comme sur tous les réseaux sociaux, il est possible de créer, à l'initiative des utilisateurs, des communautés d'intérêt, par région ou par métier par exemple. Les salariés des RH du groupe peuvent communiquer avec elles directement.

Qu'est ce que cela change dans la façon de manager vos équipes ?

C'est une nouvelle philosophie. Les modes directifs ou prescriptifs de management de haut en bas ne fonctionnent plus. Ils sont de moins en moins efficaces dans une grande entreprise comme la notre où les acteurs ont des marges de manoeuvre.

De même les modes d'apprentissage ont évolué. L'académique recule au profit du réseau, des échanges et du partage d'informations. Place au collaboratif. C'est d'autant plus important que les salariés vivent dans une abondance d'informations et qu'il est impossible de tout savoir.

Avec ce réseau social, nous prenons acte de ce changement. Ce qui compte pour nous c'est le partage, l'échange. Par exemple, les personnes peuvent commenter les outils que nous proposons, conseiller tel module pour telle problématique. La fois suivante, quand une personne cherchera à résoudre un problème, elle pourra s'appuyer sur les expériences précédentes de ces collègues.

Comment avez-vous accompagné la transition ?

Il n'y a pas eu de formation spécifique. Nous n'avons pas voulu que le réseau soit un outil indispensable pour le travail. Ceux qui l'utilisent sont volontaires. Il n'y a aucune fonction, aucun outil qu'on ne trouverait que sur le réseau social. Nous avons soigné l'ergonomie, pour que ce soit très intuitif. Personne n'a eu de formation pour utiliser une tablette.

L'expérience depuis quelques mois montre qu'un tiers des salariés est prêt à utiliser l'outil tout de suite. Les autres mettront plus ou moins de temps.

Ne craignez vous pas que l'outil vous échappe ?

Aujourd'hui, dans notre environnement, tout va de plus en plus vite. L'information circule vite, elle se multiplie, les salariés vont sur internet, les étudiants aussi. Pour résumer, je dirais que dans ce monde où il faut pouvoir être hyper réactif, nous avons besoin de salariés autonomes. Cela passe par des salariés en réseau.

Au-delà de ce projet, où en êtes-vous du numérique à la DRH de la SNCF?

Depuis deux à trois ans, nous avons multiplié les actions. Pour vous donner quelques exemples, nous avons développé un serious game pour les étudiants d'écoles d'ingénieurs, nous avons numérisé des documents administratifs comme les bulletins de salaire, nous avons développé une université digitale... Vous savez, ce sont nos salariés qui nous l'ont demandé. Ils fonctionnent comme ça, notamment les plus jeunes, les moins de 35 ans. Pour eux, le numérique c'est indispensable pour répondre à nos exigences de performance et de rapidité.

Christophe Bys


Retrouvez les vainqueurs des prix décernés par l'ANDRH en vidéos.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Anne-Laure
29/09/2014 16h20 - Anne-Laure

Félicitation à François Nogué qui a compris que les outils collaboratifs dans les sociétés permettaient à des talents de se révéler ! De plus, ce sont de vrais outils de communication qui restent indispensables dans toutes les sociétés dont fait partie la SNCF! Bravo pour ce prix et cette initiative !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media