Les Parlements polonais et slovaque perturbés par une possible cyberattaque

Le Parlement polonais a été victime d’une cyberattaque jeudi dernier après le vote d’une résolution reconnaissant la Russie comme un “régime terroriste”. Les législateurs slovaques, le même jour, ont également dû interrompre leur session à cause de problèmes informatiques, dont l’origine est encore à identifier.

Partager
Les Parlements polonais et slovaque perturbés par une possible cyberattaque

Les systèmes informatiques des Parlements slovaque et polonais ont tous les deux été perturbés par des problèmes sur leurs réseaux informatiques. “Le jeudi 27 octobre de cette année, dans la matinée, une attaque DDOS [Attaque par déni de service, NDLR] a eu lieu sur les serveurs qui gèrent le site web du Sénat de la République de Pologne”, ont indiqué les services de presse de la chambre haute polonaise. Et de préciser : “L’attaque était multidirectionnelle, y compris depuis le territoire de la fédération russe”.

La cyberattaque est survenue au lendemain d’un vote unanime des législateurs polonais qui ont reconnu la Russie comme "régime terroriste" à la suite de l’invasion de l’Ukraine par Moscou. "Je ne sais pas si c’est le résultat de la résolution d’hier ou une simple coïncidence, mais une importante action de piratage sur nos serveurs se poursuit depuis environ 40 minutes", avait déclaré le président du Sénat polonais Tomasz Grodzki au moment de l’attaque.

Un groupe de pirates informatiques, “la Cyber-Armée de Russie” avait appelé tôt jeudi à une attaque contre le site web polonais par le biais de son canal Telegram, d’après le site d’informations GovInfoSecurity. La résolution en question dénonce "les envahisseurs russes” pour avoir “terrorisé les populations des villes ukrainiennes en bombardant des cibles civiles : jardins d’enfants, écoles, théâtres et lotissements résidentiels” et appelle la communauté internationale à assister la Cour pénale internationale dans ses enquêtes sur les responsables des crimes commis en Ukraine.

Situation similaire à Bratislava

Le Parlement slovaque a également dû interrompre sa session, le même jour, après que son système informatique a rencontré des perturbations. "Nous avons identifié un incident de cybersécurité… Il y a un signal provenant de quelque part qui brouille nos systèmes, nos ordinateurs, nous ne pouvons même pas servir les parlementaires à la cafétéria", a déclaré le président du Parlement slovaque, Boris Kollár, aux journalistes, annonçant que les votes prévus à l’ordre du jour ne pourraient pas avoir lieu.

"Nous étions sur le point de voter lorsque le chef de notre département administratif nous a informés qu’il y avait eu une cyberattaque sur le système informatique du Parlement", a déclaré Gábor Grendel, vice-président du Parlement slovaque, à l’AFP.

L’origine de l’incident, quant à lui, n’est pas encore tout à fait claire. Le président de l’institution slovaque a indiqué qu’une “plainte pénale” allait être déposée pour “déterminer s’il s’agit d’un acte délibéré, d’une négligence ou de la bêtise humaine". S’il a souligné que la situation n’était pas due à l’obsolescence du système, il a reconnu quelques problèmes antérieurs à l’attaque suspectée avec le système de vote et a précisé que son remplacement pourrait coûter 20 millions d’euros.

Si la situation est revenue à la normale aussi bien à Varsovie qu’à Bratislava, les législateurs slovaques ont repoussé leur prochaine session au 8 novembre prochain.

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS