Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les PME à la merci des pirates informatiques

Selon une étude du numéro un mondial des antivirus Symantec, les petites et moyennes entreprises apparaissent comme des cibles privilégiées pour les hackers. En 2012, les sociétés de moins de 250 salariés auraient ainsi représenté près du tiers des cyberattaques dans le monde et le secteur industriel est le premier visé avec 24% des attaques enregistrées.
mis à jour le 17 avril 2013 à 14H12
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les PME à la merci des pirates informatiques
Les PME à la merci des pirates informatiques © Kryptyk - Flickr - C.C.

Plus vulnérables aux attaques informatiques, les petites et moyennes entreprises (PME) apparaissent comme des cibles privilégiées pour les hackers. Selon le rapport annuel "ISTR" de l'américain Symantec, numéro un mondial des antivirus, le nombre d'attaques ciblées a progressé au total de 42% l'année dernière.

Forte hausse des cyberattaques ciblées sur les PME

Mais si ces attaques visent toujours en majorité les grands groupes de plus de 2 500 employés (une attaque sur deux en 2012), les sociétés de moins de 250 salariés seraient de plus en plus victimes de la cybercriminalité. Les PME ont ainsi représenté 31% des attaques en 2012, contre 18% l'année précédente.

Attaquer une PME pour accéder aux données des grands groupes

Pour expliquer cette forte hausse, Symantec met en avant une protection moins importante, ce qui permet aux hackers de passer outre les systèmes de sécurité avec beaucoup plus de facilité que lorqu'ils s'attaquent aux grands groupes. Mais une PME sous-traitante d'un grand groupe peut également être le cheval de Troie idéal pour un pirate informatique, lui permettant d'accéder plus facilement à des données stratégiques et confidentielles, explique l'étude.

Près d'une attaque sur deux vise le secteur industriel

Autre élément, le secteur industriel serait le plus visé, avec 24% des attaques, devant la finance et les services. En novembre dernier "L'Usine Nouvelle" consacrait justement un dossier à ce thème de la cybersécurité et faisait le point sur la filière française spécialisée dans la sécurité des réseaux. Patrick Pailloux, patron de l’ANSSI, l'Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information, y soulignait notamment le déficit de protection des entreprises hexagonales.

Julien Bonnet

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

pedronimo
17/04/2013 13h10 - pedronimo

D'après une étude faite par un fabricant de vaccins pour bébé, 60% des bébés pourraient être infectés par un virus très puissant qui pourraient les tuer, seules les mères indignes ne feront pas vacciner leurs bébés.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media