Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les premiers satellites de la constellation d'Amazon vont être lancés par United Launch Alliance

Ce n'est pas Blue Origin qui s'occupera des premiers lancements des satellites de la constellation Kuiper d'Amazon mais la joint-venture américaine ULA grâce à neuf fusées Atlas V. Ce projet a pour objectif de fournir une connexion internet notamment dans les endroits mal desservis. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les premiers satellites de la constellation d'Amazon vont être lancés par United Launch Alliance
Les premiers satellites de la constellation d'Amazon vont être lancés par United Launch Alliance © Amazon

Amazon a annoncé ce mardi 20 avril avoir signé un accord avec United Launch Alliance (ULA), une joint venture entre Boeing et Lockheed Martin Corporation. Ainsi, neuf lanceurs Atlas V ont été sélectionnés pour envoyer les premiers satellites de "Kuiper" en orbite terrestre basse, la constellation d'Amazon dédiée à l'internet haut débit.

L'Atlas V, un lanceur fiable
Si l'entreprise américaine a choisi l'Atlas V c'est pour sa fiabilité. En service depuis 20 ans, il a participé à 85 lancements et n'en a raté qu'un seul en 2014. Cette fusée a également été sélectionnée par la National Aeronautics and Space Administration (Nasa), l'agence spatiale américaine, pour ses missions Persévérance et OSIRIS-REx.

L'Atlas V ne va participer qu'au déploiement initial de Kuiper, qui au total se compose de 3236 satellites. En effet, Amazon a fait en sorte que les satellites soient compatibles avec divers lanceurs afin de pouvoir choisir plusieurs entreprises, précise Rajeev Badyal, vice-président de la technologie pour le projet Kuiper, dans un communiqué. Blue Origin, une autre entreprise fondée par Jeff Bezos spécialisée dans la fabrication de fusées, pourrait être le prochain candidat.

D'après les estimations de la Federal Communications Commission (FCC), organisme fédéral chargé de régulation des télécommunications, Amazon doit avoir fini de déployer la moitié des satellites de Kuiper d’ici 2026, et toute la constellation doit être en place d’ici le 30 juillet 2029. En revanche, la date de commercialisation des premiers réseaux n'est pas encore connue.

Fournir une connexion internet 
Son objectif est de fournir un accès internet à haut débit depuis l'espace à des personnes privées de couverture internet à travers le monde. La future constellation fournira également "des solutions de backhaul pour les opérateurs de téléphonie mobile en étendant le service LTE et 5G à de nouvelles régions", détaille Amazon.

En décembre dernier, l'entreprise a dévoilé le design de l'antenne réseau qui sera proposée à ses clients. Elle peut fournir un débit maximal allant jusqu'à 400 mégabits par seconde et est plus petite et légère que les terminaux traditionnels. Le but : réduire les coûts pour les utilisateurs finaux et ainsi concurrencer Starlink, le projet de SpaceX qui a commencé à proposer ses premiers abonnements

Les constellations se multiplient
Ces constellations représentent une nouvelle approche de la communication orbitale. Elles s'appuient sur de petits satellites en orbite terrestre basse (autre 350 et 1350 km d'altitude) plutôt que sur de gros satellites placés en orbite géostationnaire (environ 35 000 km d'altitude), ce qui réduit le temps de latence à environ 30 millisecondes contre les 600 millisecondes actuellement proposées. Etant plus proches de la Terre, ils orbitent néanmoins beaucoup plus vite, ce qui nécessite un nombre considérable de satellites pour garantir une couverture stable.

Or, ces projets inquiètent entre autres à cause de la question des débris orbitaux, mais aussi de la pollution lumineuse qui risque de parasiter irrémédiablement les activités astronomiques terrestres. Pour tenter de rassurer, Amazon a monté une stratégie. Il a prévu de désorbiter les satellites dans les 355 jours suivant l'achèvement de leur mission au lieu de 25 ans comme le prévoit la norme de la National Aeronautics and Space Administration (Nasa). A noter que les systèmes de désorbitation ne sont pas encore au point. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.