Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les quatre virages stratégiques d'OVH

Lors de la troisième édition de son évènement, OHV a réuni le 24 septembre 2015 aux Docks de Paris quelques 2000 personnes parmi ses clients et ses partenaires. La conférence plénière, animée par le CEO Laurent Allard, le CTO et fondateur Octave Klaba, et le directeur marketing Alexandre Morel, a été l’occasion de lancement de nouveaux services et produits. Point sur quatre annonces majeures.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les quatre virages stratégiques d'OVH
Les quatre virages stratégiques d'OVH © Pascal Guittet

1.Projet d’ouverture de 12 nouveaux sites de datacenters dans le monde

OVH projette d’ouvrir 12 nouveaux datacenters sur 12 sites dans le monde dans les cinq ans à venir. L’objectif est d’étendre l’infrastructure dans des régions où la société n’est pas encore présente. La liste complète des sites n’est pas encore définie. Mais elle devrait comprendre l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Pologne, Singapour, l’Australie, les Etats-Unis et certains pays scandinaves. La Chine, où le cloud n’est que balbutiant, est exclue.

 

Aujourd’hui, OVH dispose de 17 datacenters répartis sur cinq sites : quatre en France (Roubaix, Paris, Strasbourg et Gravelines) et un à l’étranger (Beauharnais, près de Montréal, au Canada). Jusqu’ici, Octave Klaba envisageait l’ouverture de seulement deux nouveaux sites : l’un en Asie, l’autre sur la côte ouest de l’Amérique du Nord. "La demande des clients nous a amenés à changer nos plans et à favoriser la proximité en nous installant au plus près d’eux, justifie-t-il. Nous voulons aussi mieux profiter du développement du marché en allant là la dynamique est forte."

 

Au terme de ce projet, OVH disposera de 29 datacenters répartis sur 17 sites, ce qui lui donnerait une couverture mondiale comparable à celle d’Amazon Web Services (11 sites aujourd’hui) ou Microsoft (19 sites actuellement), mais moindre que celle d’IBM qui devrait compter 40 datacenters à la fin de l’année.

 

Comment financer cette extension sachant qu’Octave Klaba écarte toujours une introduction en bourse dans les cinq à venir ? "Nous sommes une société rentable, insiste-t-il. Nous continuerons à financer nos investissements avec notre trésorerie et des emprunts." Fin 2014, OVH a ainsi levé 267 millions d’euros auprès des banques pour financer son plan d’expansion à l’international de 400 millions d’euros sur trois ans. Pour rester dans cette enveloppe, il pourrait changer de méthode en faisant appel à des hébergeurs informatiques locaux, plutôt que de construire de A à Z ses datacenters, comme il le faisait jusqu’ici.

 

2. Lancement d’un incubateur de start-up

Digital Launch Pad : c’est le nom du programme de soutien à l’innovation annoncé par Laurent Allard. "C’est plus qu’un simple incubateur, martèle-t-il. Nous voulons accompagner les projets retenus jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’à leur mise sur le marché." OHV reste discret sur les moyens dédiés à cette initiative et le nombre de start-up qu’il compte accompagner. Les services proposés comprennent la mise à disposition de la plateforme cloud pour le prototypage de l’idée d’innovation, la mise en relation avec des structures de financement et des partenaires pour la concrétisation du projet, et l’accès à la place de marché et à l’écosystème d’OVH pour la commercialisation.

 

Le programme ne se limite pas à la France. Il est ouvert aux porteurs de projets dans tous les pays où OVH est aujourd’hui présent, ce qui est le cas à San Francisco, Madrid, Montréal, Milan ou Wroclaw (Pologne). "L’intérêt pour nous est d’étendre notre offre, explique Octave Klaba. Or nous ne pouvons pas tout faire. Les start-up, qui arrivent jusqu’à la commercialisation deviendront des clients naturels de nos services d’hébergement et de cloud. Elles peuvent aussi passer par notre place de marché pour vendre leurs services, étendant ainsi l’offre de notre plateforme envers nos clients."

 

3.Cap sur l’Internet des objets avec SigFox

Comme Microsoft, Amazon Web Services ou IBM, OVH veut sa part de l’Eldorado promis de l’Internet des objets. Il se lance sur le marché en partenariat avec SigFox. "Nous proposons aux industriels de les aider à connecter leurs produits en nous appuyant sur la technologie de connectivité à bas débit, basse consommation et faible coût de SigFox, détaille Octave Klaba. Ensuite, nous mettons à leur disposition notre plateforme cloud pour recueillir les données issues des capteurs, les visualiser, les analyser et prédire des tendances avec des modèles basés sur le machine learning. Nous avons l’avantage de disposer maintenant de l’ensemble de la chaîne nécessaire à cet effet."

 

OVH écarte le marché M2H (machine to human) des objets connectés en interaction avec le grand public, comme les balances, les montres ou les brosses à dent. Il préfère se concentrer sur le marché M2M (machine to machine) de l’Internet des objets industriel.

Dans le cadre du programme Digital Launch Pad, une action particulière portera sur l’Internet des objets. Dotée d’un budget de 1 million d’euros, elle vise à soutenir 50 à 100 projets d’innovation dans ce domaine.

 

4.Une super Box pour accélérer le trafic internet en entreprise

C’est une sorte de super Box. Elle se destine à fédérer les Box internet en entreprise. Mission : accélérer le trafic Web en agrégeant les connexions de deux, trois ou quatre Box, et ceci de façon complètement transparente vis-à-vis des fournisseurs d’accès à Internet. C’est le rôle du boîtier OverTheBox lancé par OVH.

 

En réalité, il s’agit plus qu’une simple Box. C’est un routeur associé à un service de routage du trafic à travers le réseau d’OVH. Ainsi, l’entreprise bénéficie du lien à très haut débit entre le réseau d’OVH et internet : 4 térabits par seconde aujourd’hui et bientôt 6 térabits par seconde.  

"Cette solution est compatible avec les box internet de tous les fournisseurs en France, note Octave Klaba. En plus, elle offre l’avantage de la sécurité puisqu’elle crypte les communications entre l’entreprise et le réseau d’OVH." Son développement a demandé un an. Son utilisation ouvre accès au service de stockage de données en ligne Hubic, l’équivalent chez OVH de DropBox.

Le routeur est proposé à 149 euros auquel s’ajoute un abonnement de 10 euros par mois au service. "Nous allons continuer à innover, promet Octave Klaba. Rien ne pourra nous arrêter dans cette mission."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media