Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les raisons de l'échec du rachat de Withings par Nokia

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Nokia pourrait annoncer la vente de Withings, spécialiste de la santé connectée, d'ici un mois, selon Les Echos. Qu'est-ce-qui peut précipiter la vente de la pépite française rachetée en avril 2016 par le géant des télécoms pour 170 millions d'euros ?

Les raisons de l'échec du rachat de Withings par Nokia
Withings s'est notamment fait connaître par la vente de montres connectées. © Withings

La jeune pousse française Withings spécialisée dans la santé connectée grand public a connu son heure de gloire lors de son rachat par Nokia en avril 2016 pour 170 millions d'euros. Mais aujourd'hui, Nokia aurait un tout autre projet pour Withings puisque l'entreprise devrait acter la vente de ce pôle d'ici un mois, selon Les Echos. Quatre acheteurs se seraient déjà fait connaître auprès de Nokia : deux sociétés françaises et deux extra-européennes dont un des Gafam, seraient sur les rangs, détaille le quotidien.

 

La vente de Withings ne surprendrait pas après les propos tenus en février 2018 par l'entreprise finlandaise qui annonçait, dans un communiqué lapidaire, examiner "toutes les options stratégiques" possibles pour l’avenir de sa division Digital Health. Peu de temps après, le directeur général Rajeev Suri est revenu sur la question laissant entendre que Nokia pourrait garder son pôle santé tourné vers le marché B2B et se séparer de l'activité grand public. Quelles sont les raisons de l'échec de ce rachat à 170 millions d'euros ?

 

Withings surévaluée lors de son achat

En cohérence avec les propos de son dirigeant, Nokia pourrait garder une petite partie de Withings qui avait entamé un virage vers le marché B2B peu avant son rachat. La start-up a développé une plate-forme complète de suivi d'activités et de collecte de données de santé au service des pros. Plate-forme qui aurait particulièrement intéressé Nokia. L'entreprise finlandaise a-t-elle seulement racheté Withings pour son virage vers le marché B2B et cherche aujourd'hui logiquement à se séparer de ses activités grand public ? Une chose est sûre, la surévaluation de Withings risque de coûter cher à l'entreprise de télécommunications…

 

En avril 2016, Nokia a pris tout le monde de court en annonçant l'achat de la pépite française pour 170 millions d'euros. L'entreprise de télécommunications faisait ainsi son entrée dans la santé connectée grand public et étoffait son équipe composée d'une centaine d'ingénieurs travaillant déjà sur la santé connectée mais tournée vers le B2B. Toutefois, au troisième trimestre 2017, Nokia a comptabilisé un écart d'acquisition de 141 millions d'euros, comme le rappelle Les Echos. Une surévaluation qui pourrait aujourd'hui lui coûter très cher puisque le quotidien précise que les sociétés en lice pour le rachat de Withings auraient fait des offres bien moindres.

 

Un changement de nom et très peu de nouveautés

Annoncée en février 2017, l'abandon de la marque Withings au profit de Nokia est opérationnel depuis juin. Ce sont des produits de santé connectée grand public désormais estampillés Nokia qui sont dans les rayons des supermarchés. Un changement de marque qui n'a peut-être pas été suivi par les acheteurs : les produits vendus, comme les montres connectées, étant connus sous le nom de Withings. Un changement de marque a aussi contribué à affaiblir le nom de Withings que Nokia chercherait aujourd'hui à revendre…

 

En parallèle, Withings n'a réalisé que très peu de mises à jour de ses produits existants au grand dam de ses utilisateurs. Et Nokia n'a lancé que de très rares nouveaux produits dont une balance connectée en entrée de gamme, la Nokia Body qui vise clairement le marché grand public ; et un tensiomètre connecté sans fil (certifié FDA et CE), le Nokia BPM+. Sortir très peu de nouveautés sur un marché en plein essor n'a pas non plus contribué à redorer le blason de Withings.

 

Un problème de gouvernance ?

Le président de Nokia Technologies Ramzi Haidamus ayant porté ce rachat a quitté le groupe quelques semaines seulement après avoir finalisé l'opération, relate Les Echos. Une présidence intérimaire s'est alors mise en place pendant près d'un an. Et Cédric Hutchings, cofondateur de Withings, prend la tête de la division "Digital Health" de Nokia en juin 2017. Un flottement à la tête de ce pôle qui a dû contribuer à la mauvaise intégration de Withings au sein de Nokia.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale