Les raisons qui poussent Google à renoncer à ses projets les plus fous

Google X, le laboratoire de recherche secret du groupe internet américain, passe son temps à imaginer les projets les plus fous... et à les écarter. Le magazine spécialisé Fast Company a étudié les raisons qui poussent le géant à ne pas concrétiser ses idées les plus farfelues, après une enquête rare au sein du "shadow lab" du géant de Mountain View.

Partager
Les raisons qui poussent Google à renoncer à ses projets les plus fous

Google ne fera pas d'ascenseur spatial permettant de relier la Terre à une orbite géostationnaire. Il ne fera vraisemblablement pas non plus l'hoverboard, le skateboard volant cher aux aficionados de la saga Retour vers le futur. Quant au projet de téléportation, il restera sans doute au fond d'un placard des locaux secrets de Google X, le laboratoire de recherche privé du groupe internet...

Pour le magazine économique américain Fast Company, même si Google X a une large marge de manoeuvre et des fonds quasi illimités, ses ingénieurs sont quand même conscients de la possibilité d'échec.

Les projets futuristes sont souvent sacrifiés sur l'autel de la logique économique. Quant à tous les autres, ils doivent correspondre à plusieurs critères : le projet doit concerner un problème qui affecte des millions ou des milliards de personnes ; il doit tirer profit d'une technologie encore hors de portée ; il ne doit pas être incrémental ; la solution doit être assez radicale pour être proche de la science-fiction.

Une enquête exclusive au coeur des locaux secrets de Google X en Californie.

A lire sur Fast Company : The Truth About Google X: An Exclusive Look Behind The Secretive Lab's Closed Doors

Sujets associés

NEWSLETTER Innovation

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS