Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les robots du Toyota Research Institute saisissent des objets transparents

Vidéo Le Toyota Research Institute a publié une nouvelle vidéo montrant les prouesses de ses robots. Il est souvent compliqué pour ces systèmes d'identifier les reflets et les objets en verre. Mais Toyota a trouvé une nouvelle méthode pour entraîner ses robots à se saisir d'une tasse en verre ou percevoir une table transparente.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les robots du Toyota Research Institute saisissent des objets transparents
Les robots du Toyota Research Institute saisissent des objets transparents © Toyota Research Institute

Le Toyota Research Institute (TRI) montre de quoi ses robots sont capables. L'institut de recherche a dévoilé une vidéo lundi 21 juin 2021 montrant les taches que peuvent réaliser ses robots dans un environnement complexe comme une maison. La vidéo étant diffusée à l'occasion de la journée mondiale du selfie, le robot se prend lui-même en photo ou se filme.

Identifier les objets transparents et les reflets
Un des défis majeur pour les systèmes est le fait d'identifier et reconnaître les surfaces transparentes ainsi que les reflets dans des environnements variables. A l'inverse d'un humain qui peut facilement différencier un objet de son reflet ainsi que les surfaces en verre, un système robotique est souvent trompé. Ce problème accentué par le fait que les robots sont souvent programmés pour répondre à des objets et des formes géométriques précises sans tenir compte du contexte, explique le TRI. Ils sont donc facilement bernés par une table en verre, un grille-pain qui brille ou une tasse transparente.
 


"Pour surmonter cela, les ingénieurs du TRI ont développé une nouvelle méthode d'entraînement pour percevoir la géométrie 3D de la scène tout en détectant des objets et des surfaces. Cette combinaison permet aux chercheurs d'utiliser de grandes quantités de données synthétiques pour entraîner le système", explique Max Bajracharya, vice-président de la robotique chez TRI. En utilisant des données synthétiques, Toyota s'affranchit également de la lourde tâche consistant à collecter et étiqueter un grande nombre de données : une pratique chronophage et coûteuse.

"Nos but est de développer des capacités robotiques qui amplifient, et non remplacent, les capacités humaines", résume Max Bajracharya. Si ces robots ne sont pour l'heure que des prototypes, et non pas des produits destinés à être commercialisés, le TRI aimerait pouvoir proposer des robots qui puissent aider au quotidien dans une maison. Mais également dans des usines pour réaliser des tâches répétitives ou de logistique.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.