Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les satellites Starlink équipés d'un revêtement antireflet gênent toujours l'observation astronomique

Les satellites Starlink de SpaceX menacent la recherche astronomique, d'après une équipe de chercheurs indépendants. Dans une nouvelle étude, elle affirme que le revêtement antireflet ne suffit pas à préserver l'observation des astres, en particulier dans l'infrarouge moyen. Seule solution : relever l'altitude de la constellation.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les satellites Starlink équipés d'un revêtement antireflet gênent toujours l'observation astronomique
Les satellites Starlink équipés d'un revêtement antireflet gênent toujours l'observation astronomique © SpaceX

Le revêtement antireflet des satellites Starlink ne suffit pas à préserver les observations astronomiques, conclut une étude publiée dans la revue The Astrophysical Journal. Grâce à cette constellation de satellites, SpaceX ambitionne de déployer un réseau internet ultra rapide sans fil, récemment testé par les services d'urgence de l'État de Washington.

La brillance est réduite de moitié
Certes, le revêtement est une amélioration mais dont les effets sont trop faibles, selon l'équipe de scientifiques dirigée par l'astronome Takashi Horiuchi de l'Observatoire astronomique national du Japon (NAOJ). En effet, le revêtement, dont l'objectif est d'empêcher le soleil de se refléter sur les surfaces des antennes, réduit par deux fois la brillance des satellites envoyés en orbite basse.

Pour arriver à ces conclusions, les scientifiques ont observé les satellites Starlink avec le téléscope Murikabushi de l'Observatoire astronomique d'Ishigakijima, au Japon. Ils ont comparé la luminosité d'un satellite classique, Starlink-1113, à celle de la nouvelle génération de satellites, baptisés "DarkSats".

Au total, l'équipe a effectué quatre phase d'observations entre avril et juin 2020 et a conclu que "l'albédo (le pouvoir réfléchissant d'une surface, ndlr) du DarkSat est d'environ la moitié de celui de Starlink-1113". "L'impact négatif de la constellation sur les observations astronomiques demeure", déclarent cependant les chercheurs.

Les observations affectées dans l'infrarouge moyen
En effet, Takashi Horiuchi explique que l'effet d'atténuation est "correct dans la région optique/ultraviolet" du spectre mais "le revêtement noir augmente la température de surface du DarkSat et affecte les observations dans l'infrarouge moyen". Pour rappel, l'astronomie optique permet d'obtenir des informations sur les objets qui émettent de la lumière visible, l'ultraviolet (UV) de déterminer la composition chimique, la densité ou la température du milieu interstellaire, et l'infrarouge sert à observer les objets peu lumineux. Cette dernière sert notamment à observer les zones de formation d'étoiles.

D'après lui, la seule solution serait de relever l'altitude de la constellation Starlink pour réduire encore la luminosité de ces objets. Rappelons que SpaceX compte envoyer 12 000 satellites d'ici 2025 mais espère régler cette problématique avec les "VisorSats", des satellites équipés d'un pare-soleil censé être plus efficace qu'un simple revêtement foncé. Un premier "VisorStat" a été lancé en juin 2020.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media