Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les secrets techno de Meilleursagents.com, le roi du big data immobilier qui lève 7 millions d'euros

Levée de fonds [ACTUALISE] Le big data a beaucoup à apporter aux acteurs de l'immobilier... Et ça, certains l'ont bien compris. Ainsi MeilleursAgents, plate-forme d'information géographique qui expose le prix moyen du m² adresse par adresse, cherche à se positionner comme un maillon incontournable entre particuliers et professionnels de l'immobilier. Portrait-robot de la start-up (qui vient de lever 7 millions d'euros) et de son modèle économique... qui ne place pas la disruption là où on l'attendrait.

mis à jour le 22 novembre 2016 à 11H11
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les secrets techno de Meilleursagents.com, le roi du big data immobilier qui lève 7 millions d'euros
Sébastien de Lafond est président et fondateur de MeilleursAgents.com © DR

[Actualisation du 22 novembre 2016] Meilleursagents annonce avoir bouclé une levée de fonds de 7 millions d'euros auprès de ses actionnaires historiques Alven Capital, de business angels et de deux nouveaux investisseurs, le Fonds Ambition Numérique, géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), et le fonds britannique Piton Capital, spécialiste des places de marché digitales.

 

"La digitalisation s'accompagne souvent de craintes d'ubérisation, mais nous n'allons pas faire disparaître les agences immobilières... bien au contraire", expose d'emblée Sébastien de Lafond, fondateur et président de MeilleursAgents.com. Le site d'information sur le marché immobilier français, dédié au particulier, connaît actuellement un succès record. "1,5 million de visiteurs uniques par mois, pour un volume d'affaires de 400 millions d'euros", précise le fondateur. Son chiffre d'affaires n'est en revanche pas communiqué.

 

L'idée ? Fournir une cartographie des prix au m² sur tout le territoire, ainsi que des indicateurs de leur évolution, mais aussi une liste de logements géolocalisés proposés par des partenaires. L'ambition est clairement affichée : "Nous voulons devenir le point de contact incontournable où le projet du particulier et l'expertise d'un professionnel se rencontrent."

 

La donnée, nerf de l'immobilier

La démarche, ambitieuse, est bâtie sur un socle technique rigoureux. Elle s'appuie ainsi sur une plate-forme technique complexe, qui agrège des données issues de sources multiples et sur des compétences solides en data science. "Nous avons investi massivement depuis 2008 dans notre R&D, reconnaît Sébastien de Lafond. Nous sommes en partenariat avec des chercheurs de Paris Dauphine, du CNRS, de Toulouse School of Economics, mais aussi de l'INRA."

 

La R&D mobilise 5 data scientists, 5 développeurs, et 3 chercheurs (sur 120 salariés au total). Avec des profils parfois atypiques : "Certains sont spécialistes de la géostatistique des forages pétroliers", poursuit le président. Quel rapport avec l'immobilier ? La méthode géostatistique permet d'inférer la valeur des données en tout point d'une carte, lorsqu'on ne dispose que de données fragmentaires.

 

"La donnée immobilière est une ressource rare : à Paris, les transactions d'achat vente ne sont pas si fréquentes", commente-t-il aussi. Comme ces compétences sont précieuses, la société a choisi d'externaliser le maximum de fonctions hors de son cœur de métier, comme son CRM par exemple, géré avec SalesForce.

 

Mais d'où viennent ces data de l'immobilier ? C'est là qu'est le véritable défi : la réglementation française, contrairement aux réglementations britannique et américaine, n'exige pas que les informations relatives aux transactions immobilières soient rendues publiques. "En France, les données immobilières sont cachées, poursuit Sébastien de Lafond. Il n'y a qu'à Paris où les notaires ont accepté de partager leur base d'actes. Nous intégrons aussi les données remontées par les agences partenaires, ainsi que celles des annonces. Ces dernières sont néanmoins difficiles à traiter, car la localisation du bien est rarement indiquée. De plus, les agences ont rarement l'exclusivité sur un bien, ce qui impose de bien dédoublonner les données..."

 

AGENCES ET PROMOTEURS COURTISÉS

Avec quel modèle économique ? "Nous voulons fournir une information fiable, gratuite et indépendante au particulier", rappelle Sébastien de Lafond. En revanche, afin de pouvoir disposer d'une vitrine sur le site, et de pouvoir mettre des logements en ligne, les agences doivent mettre la main au porte-monnaie. C'est donc bien un modèle B2B2C que MeilleursAgents met en œuvre, en proposant à l'acheteur potentiel des données immobilières, et aux agences... de nouveaux clients.

 

A la clé : "5 000 agences partenaires en France", souligne Sébastien de Lafond. Les promoteurs, quant à eux, payent pour mettre en avant sur le site leurs programmes neufs auprès des particuliers. Quel est l'enjeu pour ces professionnels ? Evidemment il s'agit de visibilité, mais pas seulement. "Cela donne au particulier des informations sur la réputation de l'enseigne, et ses performances (nombre de biens vendus...) des derniers mois, afin d'acheter en toute confiance." 

 

"Nous ne sommes pas une version évoluée de pap.fr qui fera disparaître les agences, résume le fondateur du site. Nous pensons que l’avenir de l'immobilier passe par une meilleure information du client, qui pourra mieux choisir le professionnel pour son achat, en s'appuyant sur un tiers de confiance : notre site." Une recette qui fonctionne, puisque la start-up envisage désormais d'exporter son savoir-faire en Allemagne et en Espagne en nouant des partenariats avec des acteurs locaux.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale