Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les signalements sur la plateforme Cybermalveillance ont augmenté de 65% en 2021

Vu ailleurs Les signalements sur le site gouvernemental dédié aux victimes d'attaques et de fraude numériques ont augmenté de 65% en 2021. L'hameçonnage, le piratage de comptes en ligne et les fraudes aux supports techniques représentent les principales menaces. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les signalements sur la plateforme Cybermalveillance ont augmenté de 65% en 2021
Les signalements sur la plateforme Cybermalveillance ont augmenté de 65% en 2021 © Secure-IC

Plus de 173 000 demandes ont été enregistrées en 2021 sur le site gouvernemental Cybermalveillance, soit une augmentation de 65%, d'après un nouveau rapport publié ce mardi 8 mars révélé par Franceinfo. Créé par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) et du ministère de l'Intérieur, il s'agit d'un dispositif d'aide aux victimes d'actes de cybermalveillance permettant d'effectuer des signalements et d'obtenir une assistance. 

Dans les détails, 90% des signalements proviennent des particuliers, 8% sont issus des entreprises et 2% des collectivités. Plus de 10 300 entreprises ou associations et 2100 collectivités ou administrations ont été assistées en ligne, d'après le rapport.

2,5 millions de visiteurs uniques
Le site a également enregistré un doublement de sa fréquentation sur l'année 2021. Il a reçu près de 2,5 millions de visiteurs uniques. Ce qui confirme "l'intérêt des populations pour les services offerts et les nombreux contenus originaux produits à destination de tous les publics", analyse la plateforme gouvernementale. 

Le rapport recense 47 formes de cybermalveillance. L'hameçonnage (phishing)  –  une technique frauduleuse destinée à leurrer l'internaute pour l'inciter à communiquer des données personnelles  – arrive en tête des signalements des particuliers. Il représente 31% des recherches d'assistance et progresse de 82% chaque année. L'hameçonnage par SMS a été particulièrement important. "Les cybercriminels profitent du développement des services d’information réalisés par SMS des administrations, des banques ou des livreurs, pour crédibiliser leurs attaques", souligne le rapport. La deuxième place revient au piratage de comptes en ligne (19%) et la troisième aux fraudes aux supports techniques (13%).

Augmentation fulgurante des violations de données
Sans grande surprise, l'année 2021 a aussi été marquée par les violations de données personnelles qui regroupent une grande variété de situations (fuite de données, vol de données…). Elles représentent 9% des recherches et progressent de 200% par rapport à 2020. Les exemples médiatisés ont été nombreux, tels que le vol de données à l'AP-HP ou 700 000 résultats de tests du Covid-19 exposés dans une base de données non sécurisée.

Bien qu'assez représentatifs, ces chiffres ne montrent que la partie émergée de l'iceberg. En effet, toutes les victimes d'incidents de sécurité ne font pas un signalement sur la plateforme gouvernementale.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.