Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les start-up de l'e-santé ont levé 391 millions d'euros en 2020, le secteur de la télémédecine en tête

Levée de fonds Au total, en 2020, les 48 jeunes pousses spécialisées dans la santé connectée ont levé 391 millions d'euros, le spécialiste des objets connectés Withings en tête avec une opération à 53 millions d'euros. Les secteurs de la télémédecine, de la R&D et de l'aide au diagnostic concentrent la grande majorité de ces levées.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les start-up de l'e-santé ont levé 391 millions d'euros en 2020, le secteur de la télémédecine en tête
Les start-up de l'e-santé ont levé 391 millions d'euros en 2020, le secteur de la télémédecine en tête © Medaviz

Les start-up spécialisées dans l'e-santé ont levé 391 millions d'euros sur l'année 2020, d'après Mind HealthAu total, 9 d'entre elles concentrent 74 % des sommes collectées. C'est moins qu'en 2019 où ces jeunes pousses avaient levé 516 millions d'euros, très largement boosté par l'opération de 150 millions d'euros de la pépite Doctolib. 

Withings en tête
Parmi les 48 sociétés répertoriées, 5 d'entre elles ont dépassé la barre des 30 millions d'euros, le spécialiste des objets connectés Withings en tête avec une levée de 53 millions d'euros annoncée en juillet dernier. On retrouve également l'insurtech Alan avec 50 millions d'euros, Medadom (40 millions), Robocath (40 millions) et Owkin (39 millions).

Le secteur de la télémédecine est très largement présent dans ces levées de fonds avec Medaviz, H4D, Biloba, Cureety... Ce n'est pas une grande surprise. En effet, cette tendance s'explique en grande partie par la pandémie de Covid-19 qui a réduit le nombre de rendez-vous dans les structures médicales pour éviter les contaminations. Ainsi, pendant le premier confinement, 100 % des professionnels de santé interrogés ont testé la téléconsultation, d'après un sondage Odoxa

L'aide au diagnostic s'impose
Le secteur de la R&D est également bien présent dans les levées de fonds, avec le spécialiste de l'IA médicale Owkin qui a levé 39 millions d'euros ou encore Inato qui a développé une plateforme d'automatisation de la recherche de partenaires dans le cadre d'essais cliniques (14 millions). Le secteur de l'aide au diagnostic tire également son épingle du jeu. Ainsi, la jeune pousse Gleamer qui édite un logiciel de détection de fractures a réuni 7,5 millions d'euros. 

En revanche, les secteur de l'assurtech, de la prise de rendez-vous en ligne et de la traçabilité des médicaments restent encore peu représentés dans ces levées de fonds.   

7,3 % des sommes levées par la French tech 
Plus globalement, le montant total de 391 millions d'euros représente 7,3 % des sommes levées par l'ensemble des start-up de la French tech estimées à 5,39 milliards d'euros par 620 sociétés, soit 7 % de plus par rapport à 2019 selon le bilan 2020 du baromètre EY du capital-risque en France.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.