Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les start-up françaises de réalité augmentée Bear et SnapPress fusionnent et deviennent Argo

Deux start-up françaises de réalité augmentée, Bear et SnapPress, fusionnent pour former Argo, un poids lourd sur le marché de la réalité augmentée pour l'imprimé.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les start-up françaises de réalité augmentée Bear et SnapPress fusionnent et deviennent Argo
Les start-up françaises de réalité augmentée Bear et SnapPress fusionnent et deviennent Argo © Argo

Les start-up françaises Bear et SnapPress ont annoncé leur fusion le 24 janvier 2019. La nouvelle société se nomme Argo. Créées respectivement en 2014 et 2016, les deux entreprises se sont spécialisées dans la réalité augmentée sur smartphone pour l'industrie de l'imprimé. Elles ont cependant développé des approches différentes, SnapPress offrant une plate-forme SaaS clé en main pour créer facilement une application de réalité augmentée dédiée, tandis que Bear propose un SDK à intégrer à une application mobile existante.

 

3 millions de pages scannées en 2018

Le concept est simple : l'utilisateur pointe son smartphone sur un imprimé compatible (journal, livre, catalogue, dépliant...) et l'application affiche un contenu interactif. Argo se targue d'avoir plus de 240 clients en France et à l'international, dans les secteurs de la presse (Voici, Capital, GEO, Pif Magazine), du retail (But, Darty, Boulanger, Joué Club, Decathlon), de l'édition (Nathan, Bordas, Delcourt, Le Routard), de l'éducation (Estienne, Ecole du Digital, INP Grenoble, Grafipolis) ou des collectivités (Le Blanc-Mesnil, Mairie de Montélimar). Au total, Argo annonce 3 millions de pages scannées en 2018, contre 1 million en 2017.

 

Un objectif de développement à l'international

Argo compte aujourd'hui 35 salariés principalement basés à Paris et Montpellier. Un bureau de 4 personnes basé à Montréal lui permet d'adresser le marché de l'Amérique du Nord. Il sera complété en 2019 par l'ouverture d'une antenne à New York City. Pour se développer, l'entreprise a mis en place des partenariats académiques avec le LIRMM Montpellier et l'Institut Mines-Télécom (IMT). Ils ont pour but d'améliorer ses techniques de reconnaissance d'images, notamment sur de grands volumes, et sur la contextualiser des interactions utilisateur. L'entreprise est soutenue financièrement par les groupes Prenant et Revue Fiducière, auprès desquels elle a levé 2 millions d'euros jusqu'à présent.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale