Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les start-up et The Voice ont un point commun, et ce n'est pas Florent Pagny

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vu ailleurs Dans un article de The Conversation, Nicolas Minvielle, enseignant, revient sur les facteurs grâce auxquels les start-ups obtiennent des taux de croissance phénoménaux. Il en résulte que travailler dans une jeune pousse, loin du cliché du baby foot, n'est pas de tout repos. 

Les start-up et The Voice ont un point commun, et ce n'est pas Florent Pagny
Travailler au bureau comme à la maison... La promesse des start-ups est-elle au rendez-vous ? © JP Associés

Nicolas Minvielle, enseignant à Audencia Business School, a écrit avec Martin Lauquin "Accélération", un ouvrage publié chez Diateino. Le site The Conversation France publie un article co-écrit par le duo et qui reprend certaines de leurs conclusions. Si les start-up connaissent de formidables taux de croissance, ce n'est pas en raison d'une soi-disante culture du cool qui règnerait dans ces entreprises, à base de baby foot, de liberté accordée aux équipes et de droit à l'erreur. 

 

Les embauches, un moment clé

Au contraire, rappellent-ils, le succès des start-up s'appuie sur une démarche très exigeante. S'apppuyant sur leurs rencontres d'une quarantaine de ces entreprises, les auteurs révèlent qu'elles reposent sur des piliers assez classiques : la vision, la culture d'entreprise, la gestion des ressources humaines, l'obsession des indicateurs de performance et le financement.

L'exemple des ressources humaines est révélateur. Les start-up font particulièrement attention à bien choisir les premiers salariés. Mais pas simple de passer de l'entre-soi des fondateurs à une véritable équipe. Certaines confient avoir passé beaucoup de temps pour choisir leurs premeiers "équipiers". L'enjeu est de taille, car il faut trouvrer des personnalités capables d'évoluer dans un environnement non stabilisé et croissant très vite. On peut travailler à cinq aujourd'hui et se retrouver dix trois mois plus tard, trente à la fin du premier semestre et 100 au bout d'un an. Cela demande aux salariés de fortes capacités d'adaptation. Certaines start-up ont mis au point des méthodes de recrutement particulières, certains reconnaissant qu'elles tiennent plus d'un concours de chant comme "The Voice" que d'un processus classique de recrutement. 

 

Lire l'intégralité de l'article sur le site de The Conversation, c'est ICI et découvrez les cinq caractérisitques du succès des start-up

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale