Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les Tech4Islands Awards dévoilent leurs 12 start-up finalistes

Douze pépites ont été désignées parmi les 186 solutions innovantes proposées dans le cadre du concours international Tech4Islands Awards 2020. Organisé par la French Tech Polynésie, il vise à faire émerger des solutions innovantes issues des territoires insulaires, et ce pour favoriser leur développement.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les Tech4Islands Awards dévoilent leurs 12 start-up finalistes
Les Tech4Islands Awards dévoilent leurs 12 start-up finalistes © Digital Festival Tahiti

"Les îles d’après". Comme l’ensemble de la planète, les îles du Pacifique, touchées par la pandémie de Covid-19, cherchent des solutions innovantes pour traverser cette crise inédite. Et la toute nouvelle French Tech Polynésie, labellisée il y a un an, mise sur ses jeunes pousses, qui développent des solutions en faveur d’un développement insulaire plus autosuffisant, durable, inclusif et résilient.

Une dimension "Tech For Good" inhérente aux territoires insulaires
Pour cela, un jury de présélection – composé de représentants du monde de l’économie, de l'entrepreneuriat, de la recherche et de l’innovation du Pacifique – a choisi dans un premier temps 186 solutions en provenance de 37 pays et territoires répartis sur les cinq continents. Les candidats étaient évalués sur la pertinence économique de leur solution, son adaptabilité aux territoires insulaires, sa dimension "Tech For Good", durable, inclusive et résiliente, ses perspectives de création d’emplois à moyen et long terme, son approche différenciante, sa maturité ainsi que la qualité de sa présentation.

Cinq grands axes ont été retenus pour ce "rebond vers les îles d’après" : la Blue Tech, la Clean Tech et Économie circulaire, la Health Tech et l’e-Santé, le Smart Tourisme et enfin la EdTech et l’inclusion numérique.

Un grand oral pour défendre ses chances
Les 12 finalistes, dont les noms figurent ci-dessous, remportent d’ores et déjà un accompagnement exclusif de la Fondation Solar Impulse de Bertrand Piccard, partenaire du concours international Tech4islands Awards, afin d’obtenir le Label "Efficient Solutions", accordé aux 1 000 solutions internationales qui œuvrent pour la protection durable de l’environnement.

Prochaine étape le 29 septembre prochain : trois lauréats (monde, Océanie et Outre-Mer) seront sélectionnés par le Jury Final après un grand oral, organisé en visioconférence internationale, avant de recevoir leur prix des mains de Cédric O, Secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, en novembre. Les meilleures solutions Tech4Islands seront présentées au prochain Tech4islands Summit Tahiti, anciennement Digital Festival Tahiti, qui se tiendra du 22 au 24 avril 2021 à Tahiti.

La liste des start-up finalistes
Advanced Microturbines (Italie) : La start-up a conçu une microturbine dirigée par une technologie d'intelligence artificielle qui fournit aux plantes et aux cultures le niveau d'irrigation dont elles ont besoin en fonction du temps et des propriétés du sol. Sa solution s'appuie sur un algorithme de prédiction.

Aedes System (Nouvelle-Calédonie) : L’entreprise néo-calédonienne a développé un filtre écologique conçu à partir de pneus recyclés qui empêche la prolifération des moustiques dans leurs lieux de ponte. Ce filtre laisse l’eau s’écouler mais bloque la nidification des moustiques dans les gouttières ou encore les pots de fleurs.

Cocorig (Polynésie française) : La start-up polynésienne veut valoriser les déchets liés à la production du coprah en utilisant la bourre de coco. Le cordage en fibre de coco est imputrescible, il possède de très bonnes propriétés mécaniques et il est biodégradable. Le projet-pilote vise à utiliser ces cordages en remplacement des cordages en polypropylène utilisés dans la perliculture, dont la dégradation relativement rapide en microplastiques constitue une pollution problématique pour les lagons.

Desolenator (Pays-Bas) : L’entreprise a conçu la première technologie de dessalement solaire thermique au monde. Elle a pour objectif de produire durablement de l’eau potable pour les îles.

Eco-boat (Nouvelle-Calédonie) : La société veut changer les méthodes d’entretien des coques des bateaux en réduisant l’utilisation des antifoulings. Elle propose un service de nettoyage et d’entretien écologique et écoresponsable des carènes de bateaux, effectué dans les marinas par un plongeur et un robot nettoyeur télécommandé.

Energy Observer Developments (France) : L’entreprise française déploie des solutions énergétiques propres sur l’ensemble des territoires terrestres et maritimes, contribuant au développement du secteur hydrogène. Elle réalise des études et expertises, fournit des groupes électro-hydrogènes terrestres et développe une station flottante d’avitaillement en hydrogène.

Lyspackaging (France) : La start-up française fabrique des emballages en matière végétale, biodégradables et compostables. Elle a développé la solution VEGANBOTTLE, fabriquée à partir des composants de la canne à sucre. Elle propose également des emballages à base de lin, de chanvre et de minéraux et commercialise une gamme de gobelets, bouteilles et flacons.

Med.i.can (Polynésie française) La start-up polynésienne a développé une "infirmerie" mobile de télémédecine autonome afin d’apporter des soins de santé primaire dans les territoires non médicalisés. Sa solution répond ainsi au déficit de structures de soins, qu’il soit lié à une destruction, une reconstruction, un besoin d’équipement sanitaire dans le cadre d’événements sportifs ou culturels.

Myditek (Guadeloupe) : La start-up guadeloupéenne développe des solutions numériques pour l’optimisation des processus de production agricole. Elle développe des objets connectés qui répondent aux besoins des agriculteurs dans leur quotidien : cartographie, évaluation des rendements et aide à la décision.

NUM SMO Technologies (Guadeloupe) : L’entreprise a développé SMO, un processeur compact et autonome qui utilise le soleil comme source principale d’énergie pour transformer les déchets ou la biomasse en hydrogène vert et en énergie. Sa technologie possède une empreinte CO2 négative.

Seafloatech (France) : La start-up conçoit, fabrique et installe des modules flottants et réversibles pour la plaisance et les loisirs nautiques. L’accroche de ces modules aux fonds marins n’induit ni pollution, ni perturbation des écosystèmes présents.

Soel Yachts (Pays-Bas) : L’entreprise associe l’architecture navale à l’expertise en intégration de systèmes afin d’offrir une nouvelle alternative durable au transport de passagers sur l’eau. Elle conçoit des bateaux électriques alimentés par des panneaux solaires, éliminant ainsi le coût du carburant, le bruit du moteur et les gaz d’échappement. Ses bateaux peuvent être rechargés par l’énergie solaire ou sur le réseau électrique local.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media