Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les téléconsultations pourraient être intégralement remboursées jusqu'en juillet 2022

Un amendement au projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, adopté ce jeudi 30 décembre, propose d'étendre jusqu'au 31 juillet 2022 le remboursement à 100% des actes de téléconsultation. L'objectif est d'offrir un recours facilité aux soins dans le contexte de reprise pandémique tout en facilitant la gestion administrative des médecins. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les téléconsultations pourraient être intégralement remboursées jusqu'en juillet 2022
Les téléconsultations pourraient être intégralement remboursées jusqu'en juillet 2022 © Thetechjournalofficial/Pixabay

Le gouvernement souhaite continuer à encourager le recours à la téléconsultation, une pratique dont l'utilisation a explosé depuis le début de la pandémie de Covid-19. Il a présenté un amendement au projet de la loi renforçant les outils de gestion de la crise, qui transforme le pass sanitaire en pass vaccinal, visant à étendre jusqu'au 31 juillet 2022 au plus tard le remboursement intégral par l'Assurance maladie des actes de téléconsultation. Le texte a été adopté ce jeudi 30 décembre 2021 et devra également être approuvé par le Sénat avant de devenir définitif. 

De 10 000 à 1 million
La prise en charge à 100% de la téléconsultation a été mise en place par une ordonnance du 15 avril 2020 afin de faire face à la crise sanitaire, puis a été prolongée par une seconde ordonnance du 17 juin 2020 jusqu'au 31 décembre 2021. Ces diverses mesures ont permis "une expansion sans précédent des actes réalisés en téléconsultation", peut-on lire dans l'amendement déposé. Ils sont ainsi passés de "10 000 à 1 million par semaine au plus fort de la crise, lorsque les déplacements étaient par ailleurs très fortement restreints". 

En pleine reprise provoquée par le variant Omicron, le gouvernement veut prolonger la prise en charge intégrale afin de faciliter le recours aux soins tout en permettant aux professionnels de santé de "continuer à développer cette pratique sans complexité excessive pour eux, liée au recouvrement de la participation des assurés".

Des freins subsistent
L'expansion du remboursement intégral est également une bonne nouvelle pour les start-up spécialisée dans les téléconsultations. Mais il subsiste à des freins à la pleine adoption de cette pratique en France, notamment un obstacle technique : la mauvaise gestion à distance des ordonnances. Les principales difficultés sont l'impression, la lisibilité et la transmission à la pharmacie, d'après une étude de Maiia, entreprise éditrice d'une plateforme de téléconsultation. 

La Cour des comptes a également appelé à une généralisation du recours à la télémédecine pour réduire les difficultés d'accès aux soins, dans sa dernière note sur l'accès aux soins et la déficit de l'Assurance maladie. Les technologies autour de la santé peuvent "améliorer l'efficience du système de santé" ainsi que "les dépenses d'assurance maladie", concluait-elle. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Frédéric Legrand
31/12/2021 13h40 - Frédéric Legrand

Pourquoi ne pas poursuivre l'utilisation de ce système ? Mais il faudrait que les médecins respectent l'horaire prévu de la téléconsultation. Ainsi je l'ai utilisé une fois en pensant ne pas devoir attendre comme en cabinet parfois plus d'une heure au delà de l'heure du rendez-vous. Eh bien raté, le praticien s'est connecté 1h15 minutes après l'heure du rendez-vous. Insupportable.

Répondre au commentaire | Signaler un abus