Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les téléviseurs Philips plombent toujours le hongkongais TPV Technology

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le groupe hongkongais TPV Technology peine à redresser l’activité de télévision qu’il a rachetée à Philips en 2012. Une difficulté qui le maintient dans le rouge pour la deuxième année consécutive.

Les téléviseurs Philips plombent toujours le hongkongais TPV Technology
Les téléviseurs Philips plombent toujours le hongkongais TPV Technology © IFA

TPV Technology a-t-il bien fait de reprendre l’activité de télévision de Philips ? Pas si sûr. Pour la deuxième année consécutive, le groupe hongkongais d’électronique reste dans le rouge. En cause : sa société TP Vision, qui a repris en avril 2012 l’activité téléviseurs de Philips. En 2014, elle déplore une perte d’exploitation de 171 millions de dollars. C’est 27 % de moins qu’en 2013, mais le chiffre d’affaires a fondu de 29,3 % à 2,15 milliards de dollars. Les ventes, elles, ont plongé de 18,6 % avec 5,6 millions de postes LCD.

Résultat : TPV Technology accuse en 2014 une perte nette de 5,4 millions de dollars pour un chiffre d’affaires de 11,7 milliards de dollars, en recul de 0,2 % par rapport à 2013. Le groupe chinois a manifestement du mal à redresser TP Vision. En 2014, il a pris des mesures énergiques d’intégration avec ses autres activités : rachat de la part de 30 % détenue par Philips ; fermeture de l’usine en Hongrie et transfert de la production à celle en Pologne ; consolidation de la R&D sur deux sites, Gent en Belgique et Xiamen en Chine ; mutualisation des fonctions comme la finance, les achats, la logistique ou l’informatique. Seuls le marketing et la gestion des ventes sont conservés chez TP Vision en Europe. L’objectif était d’atteindre la rentabilité en 2014. Peine perdue.

Des difficultés sous-estimées

La situation TPV Technology aujourd’hui rappelle celle du chinois TCL en 2007-2008. En rachetant en 2005 l’activité télévision de Thomson, ce groupe espérait s’internationaliser en s’ouvrant le marché occidental. Mais l’acquisition se révèle un vrai désastre. Au point de menacer l‘existence du groupe. TPV Technology n’est peut-être pas dans une situation aussi critique. Mais il a clairement sous-estimé les difficultés à surmonter lorsqu‘il a repris la télévision de Philips.

Le groupe hongkongais n’est pourtant pas novice dans la télévision. Il réalise des télés LCD pour ses propres marques AOC et Envision en Asie, ainsi que pour des marques extérieures comme Vizio ou Westinghouse aux États-Unis. En 2014, il a livré au total 17,4 millions de postes, un chiffre en progression de 18,6 % par rapport à 2013. Ce qui fait de lui le troisième fabricant mondial de téléviseurs LCD en 2014 avec 7,9 % du marché selon DisplaySearch, derrière Samsung (22,2 %) et LG (13,8 %).

Compenser le déclin des moniteurs LCD

Grâce à TP Vision, l’activité télévision pèse autant en chiffre d’affaires que l’activité moniteurs LCD où TPV Technology est leader mondial avec 36,5 % du marché en 2014, loin devant Qisda (12,3 %), Samsung (12 %) ou LG (9,3 %). Dans cette activité historique, le groupe est confronté au recul du marché des PC depuis 3 ans. En 2014, il a écoulé 48,5 millions de moniteurs LCD, contre 54 millions en 2013. C’est pour compenser ce déclin qu’il a racheté la télévision de Philips. Avec l’espoir d’améliorer sa rentabilité en dégageant des synergies industrielles entre ses deux activités basées sur les mêmes composants de base : les écrans LCD.

Pour Philips, la cession de sa télévision se présente plutôt comme une bonne affaire. Non seulement le groupe néerlandais n’a plus à subir de pertes, mais l’opération lui rapporte de juteuses redevances de licence : 55 millions de dollars versés par TPV Technology en 2014 pour l’utilisation de la marque Philips. Une rétribution acceptable si TP Vision était rentable. Le problème c’est qu’elle ne l’est pas.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale