Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les Toulousains OneStock et MyFeelBack s'associent pour unifier local et digital dans le magasin du futur

OneStock et MyFeelBack annoncent un partenariat technologique pour muscler la digitalisation des enseignes. A la clef : le développement d'une plateforme omnicanale pour fusionner et optimiser commerce en ligne et en magasin.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les Toulousains OneStock et MyFeelBack s'associent pour unifier local et digital dans le magasin du futur
De nombreux acteurs du retail, dont Intersport, utilisent déjà les solutions omnicanales d'optimisation de l'écoulement des stocks de OneStock. © Onestock

Les deux éditeurs toulousains OneStock et MyFeelBack ont décidé d'unir leurs forces pour créer une plateforme omnicanale capable de fluidifier les dialogues entre le client et la marque quel que que soit le canal de vente choisi.

Forts de plus de 10 années de recherche et développement dans l'orchestration de commandes pour OneStock, et dans la collecte et l'analyse de données clients pour MyFeelBack, les deux sociétés ont décidé de s'engager dans un programme commun de R&D. Le projet, baptisé "Ominicanalité 3.0", s'échelonnera sur 2 ans et devrait mobiliser un budget global de près de 2 millions, soutenu à hauteur d'environ 800 000 euros par la Région Occitanie.

Un partenariat technologique déjà bien rodé
Les deux sociétés n'en sont pas à leur coup d'essai. Le nouveau projet s'inscrit dans la continuité d'une première collaboration conduite entre 2014 et 2016, basée sur l'analyse prédictive des comportements des acheteurs en ligne. Piloté par MyFeelBack, ce premier partenariat technologique visait à accompagner les enseignes dans l'optimisation de leur site de e-commerce.

L'objectif était d'identifier le bon moment et la bonne action pour déclencher la validation du panier. "Avec Omnicanalité 3.0, nos travaux seront orientés sur les points de vente, pour améliorer la relation entre e-commerce et vente en magasin", explique Paul Arlet, directeur administratif et financier de OneStock.

L'intégration de nouvelles briques d'IA
L'objectif est d'aller encore plus loin dans la connaissance client et la progression des taux de transformation d'achat grâce à cette unification des bases de données et de l'historique de chaque clients.

Les deux société vont devoir unir leurs compétences technologiques réciproques pour développer de nouvelles briques technologiques basées sur des solutions d'IA (Intelligence artificielle) auto-apprenantes. "A l'arrivée, nous allons permettre à nos clients d'associer sur une seule plateforme les expériences des consommateurs en magasin et en ligne, d'optimiser l'ensemble de la date et de développer de nouveaux usages", insiste Paul Arlet.

La plateforme sera accessible en boutique, via des bornes en cabines ou dans les rayons, pour permettre aux clients d'exprimer ses préférences ou de retrouver plus facilement les produits repérés en ligne, mais aussi via les tablettes des vendeurs, qui pourront contribuer à enrichir l'expérience du consommateur tout au long de sa visite en magasin.

 

Qui sont OneStock et MyFeelBack ?

Créée en 2010 par Romulus Grigoras, Benoit Baccot et Vincent Charvillat, sur la base de travaux conduits au sein de l'IRIT (Institut de Recherche en Informatique de Toulouse), OneStock propose déjà des solutions omnicanales d'optimisation de l'écoulement des stocks à destination des acteurs du retail. La société a mis au point un OMS (Order Management System), dont l’une des fonctionnalités, permet aux marques d’interroger les stocks d’articles disponibles en temps réel et d'intégrer l'ensemble de leurs boutiques au dispositif, comme autant de mini-dépôts. De nombreux acteurs du retail, dont LVMH, ManoMano, Intersport, Kiloutou ou Truffaut utilisent les solutions de l'entreprise toulousaine. OneStock emploie 80 salariés pour un chiffre d'affaires qui devrait s'approcher des 10 millions d'euros en 2021, dont 40% réalisés au Royaume-Uni, où elle réalise 50% de son chiffre d’affaires.

De son côté, la société MyFeelBack, fondée fin 2011 à Toulouse par Stéphane Contrepois, Aurore Beugniez et Julien Hourrègue, est un spécialiste dans la transformation de "feedbacks" des clients en opportunités d’affaires. La société, en cours de rapprochement avec le groupe marseillais Skeepers (Avis Vérifiés), a développé un logiciel SaaS qui permet de collecter, d’analyser et d’exploiter la data client en temps réel. MyFeelback affiche un peu plus de 150 clients, principalement des grands comptes, parmi lesquels L'Oréal, LVMH, Maison du Monde, mais aussi Natexis, SNCF ou La Société Générale, dont certains utilisent aussi son logiciel en interne, pour sonder leurs propres équipes. La société emploie 30 salariés pour un chiffre d'affaires qui avoisine les 5 millions d’euros.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.