Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les trois pistes de BlackBerry pour s’en sortir

Cinquième épisode de notre série consacrée aux solutions mobiles en entreprise. Si BlackBerry traverse actuellement une période difficile, tout espoir de voir le fabricant canadien retrouver ses lettres de noblesse n’est pas perdu. Le nouveau directeur général, arrivé en novembre 2013, a mis en place une stratégie qui vise un retour aux profits en 2016.  Pour y parvenir, l’entreprise prévoit notamment de réduire ses coûts, de se recentrer sur les services aux entreprises et de surfer sur la vague des véhicules connectés.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les trois pistes de BlackBerry pour s’en sortir
Les trois pistes de BlackBerry pour s’en sortir © liewcf - Flickr - C.C.

BlackBerry peut-il remonter la pente ? Avec des ventes en chute libre au cours des dernières années, le fabricant canadien est contraint de se réinventer. Limogé à la suite de l’échec du rachat de BlackBerry par le fonds Fairfax en novembre dernier, le directeur général Thorsten Heins a été remplacé par John Chen. L’ancien PDG de l’éditeur Sybase a depuis dévoilé sa stratégie qui vise un retour aux profits en 2016.

S’il ne manque pas d’humour en ayant notamment déclaré qu’il était prêt à revendre le service de messagerie maison, BBM, pour 19 milliards de dollars, soit la somme déboursée par Facebook pour acquérir WhatsApp, John Chen est également réaliste. Dans une interview accordée au Financial Times début mars, le dirigeant a estimé que son plan de sauvetage avait (seulement) 50% de chance de réussir.

Réduire les coûts

L'un des axes de la nouvelle stratégie mise en place par John Chen passe par une réduction des coûts. Au dernier Mobile World Congress (MWC), le grand salon des entreprises du secteur des télécoms, BlackBerry a annoncé un partenariat de cinq ans avec le taïwanais Foxconn, qui produit notamment les smartphones pour Apple et Samsung. Le sous-traitant fabriquera les deux nouveaux smartphones de BlackBerry annoncés à Barcelone, le Z3, doté d'un écran 5 pouces, et le Q20, qui marque le retour des claviers physiques qui avaient fait le succès de la marque.

Une présence encore forte chez les pros
Malgré l'effondrement de sa part de marché et une concurrence de plus en plus forte, BlackBerry reste une solution privilégiée par les entreprises, pour ses terminaux comme pour sa solution de gestion de mobilité en entreprise, BES. En France, la marque revendique sa présence dans 60% des groupes composant le Cac 40. Récemment, des groupes importants comme PSA et Airbus ont par ailleurs choisi des appareils BlackBerry pour équiper leurs salariés.

Se recentrer sur les entreprises

A l'image de ce retour des téléphones à clavier physiques, John Chen tient à recentrer BlackBerry sur son coeur de métier : les entreprises. Le fabricant met notamment en avant sa capacité à proposer une solution complète permettant de gérer une plate-forme mobile de bout en bout. Pour apporter une réponse à la mise en place de stratégies BYOD ("Bring your own device", l'utilisation de l'appareil personnel dans un cadre professionnel), son système BES (BlackBerry Enterprise Service 10) permet d'administrer des appareils tournant sous Android et iOS et la nouvelle version ajoutera les appareils Windows Phone.

BlackBerry a également annoncé qu'il allait lancer une version pro de son service de messagerie. Si la marque revendique son avance en termes de sécurité, le désengagement récent de l'US Air Force au profit d'iPhone ultra-sécurisés montre que cet argument n'est plus forcément l'atout majeur de BlackBerry.

S'embarquer dans le véhicule connecté

BlackBerry a également une carte à jouer sur le créneau du véhicule connecté. Son système embarqué QNX, racheté en 2010, équipait par exemple une Mercedes CLA 45 AMG présentée par le géant américain des composants Qualcomm sur son stand au MWC. Une vitrine des capacités de QNX alors que ce système équiperait déjà 20 millions de véhicules. Et le parc est appelé à grandir puisque ce système est au coeur du Carplay d'Apple et Ford réflichirait à adopter pour son prochain système Sync, au détriment de son partenaire actuel Microsoft. En voiture, comme en en entreprise, BlackBerry n'a donc pas dit son dernier mot.

Julien Bonnet

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

wally
13/03/2014 11h00 - wally

1) la première piste : C'est de donner des titres élogieux à BlackBerry qui mérite le droit au Net Promotor Score. 2) la deuxième piste : C'est d'arrêter de radoter sur le C.V. de Blackberry... BlackBerry n'a pas de dette... Lorsque Blackberry va de l'avant et présente un super produit technologique, parler de l'innovation technologique.... C'est pas la peine radoter sur le cours des actions encore et encore. 3)Soyez fairplay

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale