Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les véhicules autonomes de Yandex ont roulé 10 millions de km dans des conditions météo difficiles

Vidéo Les véhicules autonomes de Yandex ont passé la barre des 10 millions de kilomètres parcourus, la plupart du temps dans des conditions météorologiques difficiles puisque l'entreprise russe a continué les essais à Moscou durant l'hiver.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les véhicules autonomes de Yandex ont roulé 10 millions de km dans des conditions météo difficiles
Les véhicules autonomes de Yandex ont roulé 10 millions de km dans des conditions météo difficiles © Yandex

Les véhicules autonomes de Yandex ont franchis les 10 millions de kilomètres parcourus, le tout dans des conditions difficiles. La majorité de ces kilomètres ont été réalisés à Moscou alors que les conditions climatiques ne sont pas toujours clémentes, affirme l'entreprise russe.

Un vrai défi pour les véhicules autonomes dont les capteurs peinent à détecter les obstacles ou suivre le tracé d'une route lorsqu'il neige ou qu'il pleut. Le soleil lui-même peut entraîner des reflets restreignant aussi la visibilité.
 


 

Un algorithme pour filtrer la neige
Pour parer les difficultés liées à la neige, Yandex dote ses véhicules autonomes d'un réseau de neurone supplémentaire qui filtre la neige sur les cartes en nuage de points réalisés grâce aux données collectées par les Lidars. Plutôt discrète sur sa recherche dans ce domaine, Yandex explique que ce système permet d'enlever une partie des points qui correspondent à de la neige afin de faire appaître uniquement les obstacles et autres éléments présents sur la route.

Un système similaire permet aussi d'effacer les nuages de condensation créés par les pots d'échappement et d'autres sources de chaleur. Le but étant d'éviter que le système perçoive cela comme étant un obstacle.
 


Enfin, avec la neige et la pluie, la route est plus glissante et cela entraîne une autre dynamique de trafic ce qui affecte les décisions prises par le système embarqué. Ce dernier doit déterminer à quelle vitesse il est possible d'accélérer, ou freiner, sans que le véhicule ne glisse et s'il faut mieux que le véhicule change de voie. De même, les trajectoires du véhicule doivent être déterminées avec précision selon les conditions routières. Tout comme celle des autres usagers de la route qui subissent les mêmes aléas liés à une route glissante.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.