Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

LG va-t-il réussir son pari dans la télévision Oled ?

Le géant coréen de l’électronique LG se prépare à quadrupler sa capacité de production d’écran Oled de télévision. L’objectif est de conforter son avance dans cette technologie. Une entreprise audacieuse mais risquée.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

LG va-t-il réussir son pari dans la télévision Oled ?
LG va-t-il réussir son pari dans la télévision Oled ?

Premier au monde à commercialiser un téléviseur Oled de 55 pouces, LG passe à la vitesse supérieure dans ce domaine. LG Display, sa filiale spécialisée dans les écrans plats, se prépare à quadrupler sa capacité de production d’écrans Oled pour la télévision. L’objectif du géant coréen de l’électronique est de conforter son avance industrielle sur son concurrent Samsung qui devrait introduire son poste Oled de 55 pouces cet été.

Dans son complexe industriel de Paju, à 100 Km au Nord de Séoul, en Corée du Sud, LG display dispose aujourd’hui d’une ligne pilote dans son usine P8 de fabrication d’écrans LCD. Cette ligne produit des écrans Oled de 55 pouces sur des panneaux en verre de huitième génération de 2,2 x 2,5 m. Chaque panneau est ensuite découpé en six écrans de 55 pouces. La fabrication est entièrement automatisée. Le personnel n’entre dans la salle blanche que pour les opérations de maintenance. "Cette ligne est dédiée à la R&D en vue de l’amélioration du procédé de fabrication", précise TaeJin Kang, responsable du développement de la technologie Oled chez LG Display. Elle offre une capacité théorique de 8000 dalles par mois, soit 48 000 écrans de 55 pouces par mois.

Une deuxième ligne de production

LG Display, qui travaille sur le développement des grands écrans Oled depuis 1998 sur la base d’une technologie licenciée à Kodak, prévoit d’investir 657 millions de dollars dans une seconde ligne dans l’usine P9 de fabrication d’écrans LCD sur le même site. Cette ligne sera davantage dédiée à la production en volume avec d’ici fin 2014 une capacité de 24 000 dalles de 2,2 x 2,5 m par mois. La société prévoit d’étendre la gamme vers d’autres tailles et de sortir rapidement des écrans à Ultra haute définition offrant quatre fois la résolution HD actuelle. Cette évolution est une réponse aux prototypes Ultra HD dévoilés par Sony et Panasonic au dernier CES, en janvier 2013.

De son coté, LG Electronics, la filiale d’électronique grand public du groupe, tient à garder son avance sur le marché. Elle se sert de la télévision Oled comme un moyen de conforter son image de leader technologique, mais de tailler des croupières à son rival national, Samsung, numéro un mondial de la télévision, avec une part de marché de 27,7% en 2012, selon le cabinet NDP DisplaySearch. L’objectif étant de le rattraper en 2015 en prenant le quart du marché mondial.

L’entreprise est pour le moins audacieuse. Pour la première fois, LG devance Samsung sur le terrain de l’innovation dans la télévision. Il se présente comme le seul au monde à maîtriser aujourd’hui la technologie d’écran à base d’Oled blanches, une alternative plus simple à produire et moins chère que la technologie d’écran à base d’Oled rouges, vertes et bleues choisie par Samsung. "Nous estimons avoir atteint une maîtrise suffisante pour lancer la technologie sur le marché plus tôt que prévu", confie TaeJin Kang. D’autres sociétés sœurs sont impliquées dans ce développement : LG Chem dans les matériaux électroluminescents, LG Innotek dans les composants électroniques et LG Electronics dans l’intégration pour la fabrication de téléviseurs.

Une technologie ni mature ni abordable

Il n’en reste pas moins que la décision prise de commercialiser la technologie sitôt est risquée. La technologie n’est ni mature ni abordable. Sa fiabilité dans le temps n’est pas, non plus, prouvée. Chez LG Display, on assure qu’elle offre la même durée de vie que les écrans LCD. Peut-être. Les Oled, et notamment dans le bleu, sont connues pour leur vieillissement précoce. Elles sont aussi très sensibles à l’oxygène de l’air. Si des problèmes de qualité surgissent en début d’utilisation, ceci pourrait se retourner contre LG et entacher gravement son image.

Il y a aussi le problème de coût. Bien que la technologie de LG soit plus simple à produire, son téléviseur coûte la bagatelle de 7000 euros, cinq fois un poste LCD ou plasma de même taille. Ceci est principalement dû au mauvais rendement de fabrication, limité à quelques pour cent, contre plus de 80% pour les écrans LCD. Mais chez LG Display, on reste optimiste sur les perspectives de réduction des coûts. En améliorant le rendement et en jouant sur l’effet volume, la société espère ramener le coût dans 5 ans au niveau des écrans LCD actuels. Une chose est sûre : l’expérience de LG sur le marché sert de test pour l’ensemble de l’industrie. Non sans déplaire à Samsung qui attend le bon moment pour se lancer.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale