Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

LinkedIn verse 6 millions de dollars pour des heures supplémentaires impayées

Le réseau social professionnel LinkedIn a trouvé un accord pour dédommager d'anciens employés qui ne s'étaient pas vus rémunérés leurs heures supplémentaires. Montant de la facture : près de 6 millions de dollars.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

LinkedIn verse 6 millions de dollars pour des heures supplémentaires impayées
LinkedIn verse 6 millions de dollars pour des heures supplémentaires impayées © Flickr CC - Nan Palmero

LinkedIn a annoncé ce lundi 4 août avoir versé près de 6 millions de dollars pour régulariser la situation d'ancien employés, à qui le réseau social professionnel avait oublié de rémunérer des heures supplémentaires.

Dans le détail, cette somme correspond au remboursement des émoluments (3,3 millions de dollars), auxquels s'ajoutent des dommages et intérêts (2,5 millions) pour d'anciens salariés basés aux Etats-Unis et plus précisement en Californie, dans l'Illinois, dans le Nebraska et à New York.

Un comportement exemplaire pour résoudre ce conflit

"Cette entreprise a montré beaucoup d'intégrité en coopérant pleinement avec les enquêteurs et en payant sans hésitation pour rembourser les salariés", a déclaré David Weil, administrateur au département du Travail. "Nous sommes aussi très satisfaits de voir que LinkedIn s'est engagé à prendre des mesures pour se conformer à la loi à l'avenir", a-t-il ajouté.

Les enquêteurs du département du Travail américain avaient découvert que le réseau social n'avait pas enregistré correctement ni payé toutes les heures travaillées par certains de ses employés. LinkedIn avait alors expliqué avoir violé la loi car il ne disposait pas des bons outils pour gérer et référencer correctement les heures travaillées d'une partie de ses commerciaux. L'entreprise explique avoir commencé à régulariser ses pratiques avant même que l'enquête du département du Travail ne soit lancée.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.