Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Livraison alimentaire : la start-up américaine Refraction AI déploie ses robots autonomes

Vidéo La start-up américaine Refraction AI a annoncé le 30 juin le lancement officiel d’un service de livraison par robots autonomes, en partenariat avec des épiceries et des restaurants locaux. Une vingtaine de robots REV-1 vont être déployés à Ann Arbor, dans le Michigan.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Livraison alimentaire : la start-up américaine Refraction AI déploie ses robots autonomes
Livraison alimentaire : la start-up américaine Refraction AI déploie ses robots autonomes © Refraction AI

Encore peu expérimentée il y a quelques mois, la livraison alimentaire par robot autonome connaît de multiples tests et déploiements sur le sol américain. Refraction AI est la dernière start-up en date à annoncer le lancement d’un service de livraison automatisé.

Depuis le mardi 30 juin, ses robots, qu’elle qualifie de semi-autonomes, assurent un service de livraison de courses à domicile à Ann Arbor, près de Detroit, dans le Michigan. Le service est disponible dans un rayon de cinq kilomètres pour les clients de Produce Station, une enseigne familiale locale.

Le client passe sa commande sur internet et des employés préparent la commande, avant de la charger dans le coffre du robot. Le client reçoit les informations nécessaires par SMS, ainsi que le code qui permet d’ouvrir le compartiment de stockage. Refraction, qui vient de lever 5 millions de dollars, vise 20 robots dans les prochaines semaines.

Des caméras et capteurs à ultrasons
Créée en 2019 par deux professeurs de l'Université du Michigan, Matt Johnson-Roberson et Ram Vasudevan, Refraction a mis au point un robot baptisé REV-1. De la même taille qu’un vélo (ll est d’ailleurs classé dans la catégorie des vélos électriques, ce qui lui permet de circuler sur les routes), il pèse environ 45 kg.

Doté de trois roues, il se déplace à une vitesse comprise entre 16 à 24 km/h. Il s’oriente grâce à une douzaine de caméras, ainsi que des radars et des capteurs à ultrasons, un équipement qui, explique Refraction, coûte bien moins cher que les lidars utilisés chez ses concurrents. Le robot est résistant à la pluie et la neige.

 

 

Une demande multipliée par 4
La start-up s’est d’abord positionnée auprès du secteur de la restauration. Le projet a été testé pendant trois mois avec des restaurants locaux, en décembre dernier, avant de convaincre un magasin alimentaire. La crise du Covid-19 et l’impossibilité pour de nombreux restaurants de recevoir leurs clients ont, selon la jeune pousse, augmenté de 3 à 4 fois la demande des professionnels. Les robots permettent de réduire le risque de transmission du virus via une livraison sans contact et permettent de protéger les livreurs, toujours très exposés. Ils permettent également de pallier la pénurie de main d’œuvre et de poursuivre la livraison des marchandises, notamment le dernier kilomètre.

Refraction indique néanmoins avoir mis en place de nouveaux protocoles. Les robots sont désormais désinfectés entre chaque livraison, et le personnel dédié doit respecter les mesures de distanciation sociale. Par ailleurs, les robots sont dotés de lampes UV, qui permettent de neutraliser les particules virales.

Confrontés à une aggravation de la crise sanitaire, les Etats-Unis pourraient faire figure de terrain de jeu pour les robots et autres dispositifs de livraison autonome. Au Texas, la start-up Nuro développé un partenariat avec la chaîne de pharmacie CVS. Son concurrent californien, Kiwibot, teste sa solution en Colombie. Au Royaume-Uni, c’est une enseigne coopérative, Co-op, qui déploie un service en partenariat avec l’une des sociétés américaines les plus avancées sur le sujet, Starship Technologies. Mais ces pépites devront compter sur Scout, le robot d'Amazon, dont la discrétion n'est forcément signe d'inactivité.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media