Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Livraison à domicile : comment Fenotek simplifie l'accès au dernier mètre

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L'accès au domicile reste l'un des obstacles majeurs à la livraison. Afin que la commande arrive à bon port, Fenotek a conçu une plateforme de service autour d'un interphone connecté, déjà commercialisé, qui permet au client de contrôler l'accès à son domicile et d'échanger avec le livreur même en son absence. La solution, opérationnelle fin 2019, devrait être étendue à d'autres services.

Livraison à domicile : comment Fenotek simplifie l'accès au dernier mètre
La nouvelle plateforme développée par Fenoteke permet au client de contrôler l'accès à son domicile et d'échanger avec le livreur lors du dépôt de colis. © Fenotek

Aujourd’hui, les solutions se multiplient afin de parvenir à résoudre l’équation du dernier kilomètre. Mais si l’une des composantes essentielle reposait sur le dernier mètre ? "Entre 10% à 22% des livraisons de colis au domicile sont en échec, ce qui génère un surcoût significatif en cas de nouvelle livraison, une frustration du client si son colis est à défaut déposé en point relais et nuit donc à l’image de marque du distributeur, explique Bruno Davoine, CEO de Fenotek, citant les chiffres de la Fevad (2016). Aujourd’hui, l’enjeu est de passer le portail et/ou la porte d’entrée pour optimiser la livraison dès la première présentation".


Un interphone connecté ouvert

Afin de pallier le problème, l’entreprise marseillaise, fondée en 2015, développe actuellement une plateforme de services permettant aux clients d’enseignes diverses de se faire livrer leurs colis à domicile, même en leur absence. Le dispositif repose en partie sur un interphone connecté ouvert, baptisé Hi), commercialisé par Fenotek un an plus tôt. Celui-ci lui permet au client de rester acteur de la livraison en contrôlant l’accès à son domicile.


Concrètement, dès que le livreur sonne à l’interphone, celui-ci le met en lien avec le client sur son smartphone (il aura auparavant téléchargé l’application). Doté d’un écran, l’interphone permet au client de voir le livreur et de vérifier son identité. Il peut alors lui ouvrir à distance le portail ou la porte de son domicile (elle-même équipée d’une serrure connectée) et lui fournir ses indications pour déposer le colis. L’interphone prend une photo horodatée du livreur dès l’entrée, qui fait office d’émargement. Il peut ensuite se connecter à la domotique existante de la maison, par exemple aux caméras de surveillance pour suivre la livraison en direct ou à l’alarme pour la désactiver le temps de la livraison ou de l’intervention.


Un QR code éphémère

S’il n’est pas disponible pour répondre à l’appel, le client peut également envoyer par mail au livreur un QR code éphémère, unique et sécurisé, donnant accès au domicile. Pour générer celui-ci, il lui suffira de renseigner via l’application la période (tranche horaire, nombre de jours, semaines…) et le nombre de fois auquel il souhaite donner accès à son domicile. "QR code est envoyé par mail afin que l’entrant n’ait pas à télécharger l’application. Ce serait compliqué", précise Bruno Davoine. En effet, si la société est en phase de qualification avec des enseignes de l’industrie alimentaire et des transporteurs, elle compte bien étendre sa plateforme à d’autres services.


L’accès au domicile est un des grands défis de l’e-commerce et plus spécialement de la livraison alimentaire à domicile. Mais demain, l’enjeu sera d’enrichir la plateforme par des services additionnels en lien avec les nouveaux usages et modes de consommation. "Hi) est un véritable agrégateur de services. Il doit pouvoir simplifier également l’accès à la femme de ménage, au jardinier, mais aussi l’installation ou le SAV des produits. Ou encore faciliter la pratique du Airbnb en autorisant l’accès périodique au vacancier", explique Bruno Davoine. La société travaille également sur la reconnaissance faciale et la reconnaissance gestuelle afin de sécuriser encore davantage son dispositif. Elle s’apprête à lancer ses premiers Proof of concept avant une commercialisation de la solution d’ici fin 2019.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale