Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Local Motors, la start-up à l'origine de la navette autonome Olli, cesse son activité

Vu ailleurs Local Motors, le constructeur américain derrière la navette autonome Olli, cesse son activité. Local Motors misait sur l'impression 3D pour fabriquer une grande partie de sa navette autonome. Une technologie permettant de la personnaliser selon les besoins et de la fabriquer rapidement.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Local Motors, la start-up à l'origine de la navette autonome Olli, cesse son activité
Olli 2.0, le dernier modèle de la navette autonome de Local Motors. © Local Motors

15 ans après son lancement, Local Motors cesse ses opérations. Le constructeur américain avait fait le pari du crowdsourcing ou de la production participative pour concevoir ses navettes autonomes. L'annonce de la cession de ses activités, rapportée par TechCrunch qui a consulté plusieurs témoignages d'employés de la société sur LinkedIn, n'a pas encore été officialisée. Celle-ci doit être effective ce vendredi 14 janvier 2022. "Comme avec la plupart des aventures, elles doivent prendre fin, a écrit jeudi Jeff Hollowell, vice-président des technologies de l'information de Local Motors. Local Motors a fermé ses portes".

Local Motors misait sur l'impression 3D
Local Motors a voulu bousculer la façon dont les véhicules autonomes sont construits avec sa navette électrique Olli présentée en 2016. Cette navette pouvant accueillir 12 passagers est très largement personnalisable car imprimée en grande partie en 3D dans ses micro-usines. Le véhicule discute en langage naturel avec les passagers potentiel, grâce à l’intervention de Watson d’IBM. La start-up met en avant son modèle de production innovant avec des processus raccourci, des micro-usines et de l’impression 3D. Le but est d'accélérer drastiquement la production de ces navettes et permettre leur personnalisation selon les usages.

De nombreuses start-up se sont également lancées dans des projets de navette autonome, comme Navya et EasyMile en France, ainsi que certains constructeurs automobile comme Toyota avec son e-Palette. Local Motors a présenté une deuxième version de sa navette, Olli 2.0, en 2019. Fabriquée à 80% en impression 3D, celle-ci est toujours personnalisable et peut évoluer sans intervention humaine dans une zone géographique prédéterminée. Des écrans, situés à l’avant et à l’arrière, favorisent l’interaction avec les piétons. Comme sa version précédente, Olli 2.0 peut parcourir 160 km à une vitesse de 40 km/h.

Local Motors avait prévu de lancer un programme pilote avec l'Olli 2.0 à Toronto au printemps 2021. Un projet repoussé à février 2022, selon TechCrunch, et qui devrait finalement ne pas voir le jour au vue des dernières annonces.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.