Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Logistique : Otto Motors lève 29 millions de dollars pour le déploiement de ses robots autonomes

Levée de fonds Otto Motors a annoncé le 1er juin un nouveau tour de table de 29 millions de dollars. La société canadienne, partenaire de Boston Dynamics, veut accélérer le déploiement de ses robots dédiés aux centres de distribution.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Logistique : Otto Motors lève 29 millions de dollars pour le déploiement de ses robots autonomes
Logistique : Otto Motors lève 29 millions de dollars pour le déploiement de ses robots autonomes © Otto Motors

Otto Motors a bouclé un nouveau cycle de financement de 29 millions de dollars en Série C. Ce tour de table, mené par Kensington Private Equity Fund avec la participation de Bank of Montreal Capital Partners, d’Export Development Canada, et des investisseurs historiques iNovia Capital et RRE Ventures, porte le financement total de la société à 83 millions de dollars. Elle avait précédemment levé 30 millions de dollars en 2016.

Otto Motors précise que ces fonds seront utilisés pour développer son réseau de partenaires et accélérer le développement de ses robots autonomes dédiés à la logistique en entrepôts. La société canadienne opère principalement aux Etats-Unis, mais compte des clients au Canada et au Mexique. En mars, elle a annoncé étendre ses activités sur le marché japonais grâce à un partenariat avec Altech. La levée de fonds vise également à développer l’activité en Amérique du Sud, en Europe et en l’Asie-Pacifique.

Nestlé, GE et Toyota parmi les clients

Créée par Matt Rendall, Bryan Webb et Ryan Gariepy, Otto Motors a mis au point une plateforme d’automatisation logistique baptisée Autonomous Mobile Robots (AMR). Sa solution prend la forme d’un support robotisé, baptisé AMR Otto 1500, dédié aux environnements industriels et permettant de déplacer des palettes de marchandises dans les centres de distribution. Elle est commercialisée depuis 2015 et a séduit de grandes entreprises comme Nestlé, GE ou encore Toyota.

Rentable, la société déploie une stratégie de partenariats qui lui permet de se développer rapidement. L’un des exemples les plus récents est son alliance avec Boston Dynamic, qui couple son outil de bras robotisé sur roues, Handle, au robot Otto 1500. Le bras effectue des tâches de "picking" automatisé directement sur le support. Handle prend en charge la manipulation des marchandises tandis que la technologie d’Otto s'occupe de leur flux dans l’entrepôt.

Une "vague sans précédent" de demande d'automatisation

La crise du Covid-19, qui entraîne un ralentissement des activités, a également pour conséquence l’émergence de problématiques liées à la main d’œuvre, particulièrement exposée en entrepôt. La robotique apparaît comme une solution appropriée en cas de pénurie, à l’heure de la sécurité sanitaire et des règles de distanciation sociale.

"Dans un monde post-Covid, l’AMR améliore la sécurité des travailleurs et renforce la résilience des chaînes d’approvisionnement, analyse Matt Rendall. A mesure que les entreprises s’adaptent, la demande d’AMR va s'accélérer à l'échelle mondiale. Cet investissement nous permettra de grandit pour répondre aux besoins des usines de production et des entrepôts du futur partout dans le monde". Otto espère profiter d’"une vague d’automatisation face à une demande sans précédent", selon ses fondateurs.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media