Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Loin de casser les silos, les réseaux sociaux d’entreprise les dupliquent, révèle une étude

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Étude Alors que le nombre d'entreprises ayant mis en place un réseau social d'entreprise (RSE) ne cesse de croître, une étude réalisée par la chaire intelligence RH de l'IGS soutenue par le cabinet BDO décrypte leur véritable usage. Pour l'heure, les RSE ratent partiellement leur objectif : car loin de casser les silos, ils reproduisent la structure hiérarchique réelle.  

Loin de casser les silos, les réseaux sociaux d’entreprise les dupliquent, révèle une étude
Loin de casser les silos, les réseaux sociaux d’entreprise les dupliquent, révèle une étude © DR

La chaire intelligence RH et RSE soutenue par le cabinet de BDO vient de publier une étude portant sur l’usage réel des réseaux sociaux d’entreprise. L’enjeu est d’importance car ces outils d’un genre nouveau sont plébiscités. 58 % des grandes entreprises les utilisent d’ores et déjà et 26 % estiment qu’elles vont le faire très rapidement. Dans les entreprises où ils sont activés, l’étude estime que cela coûte en moyenne cinq euros par mois et par salarié. Le montant de cet investissement est à la hauteur des promesses placées dans ces outils, promesses que ces RSE ne tiennent que de façon très décevante, selon l'étude.

 

Entre les promesses et les usages un fossé

Un chiffre résume ce décalage : seulement un manager sur quatre les utilise selon les résultats de l’étude, ce taux baissant pour les autres catégories de personnel. En outre, l’étude révèle que les RSE peinent à casser les silos et à instaurer une communication plus fluide, qui favoriserait le dialogue entre entités semblables éloignées géographiquement ou entre différents départements. Ainsi, l’étude révèle que les individus sont 8,5 fois plus engagés dans les groupes créés par leur manager que dans ceux créés par des tiers. Plus troublant encore, "46 % des groupes ont été créés par des managers et 76 % des membres des groupes appartiennent à l’équipe du manager du groupe" !

 

Avec un tel constat, il est essentiel de comprendre les raisons de cet écart entre les promesses et les réalisations. Pour l’auteur de l’étude, Jean Pralong, la cause n’est pas à chercher du côté du modèle de l’acceptation de la technologie, qui explique le succès réel d’une innovation par l’écart entre l’amélioration attendue de son utilisation et l’effort à consentir pour l’utiliser. En effet, ce dernier est très faible tant ces outils informatiques sont faciles à utiliser, capitalisant notamment sur l’usage privé d’outils assez proches. Pour lui, la source est à chercher du côté de la sociologie des organisations. Dans un univers bureaucratique comme l’est l’entreprise, les relations hiérarchiques sont la norme des relations. Et l’introduction d’un RSE, loin de modifier cette situation la reproduit partiellement.

 

Des raisons politiques plus que techniques

Ainsi, l'étude des raisons avancées par les personnes pour leurs faibles utilisations des RSE confirme cette situation : on y trouve  la crainte du jugement des autres, mais aussi la peur de la sanction si la réponse qu’on apporte n’est pas la bonne, la peur que les informations révélées sur le RSE servent à évaluer le salarié, mais aussi la crainte que participer à un groupe non animé par son manager soit perçu par ce dernier comme un manque de loyauté.

 

Tous ces obstacles ont pour conséquence que parmi l’échantillon étudié, seulement 17 % des salariés utilisent fortement les RSE : les adopteurs. Les autres, qu’ils soient réfractaires, passifs ou tactiques sont de faibles utilisateurs. Le groupe des tactiques est particulièrement intéressant tant il témoigne du "dévoiement" des RSE. Ces derniers, en apparence, les utilisent comme il est demandé. Sauf qu’ils le font pour se faire bien voir de leur hiérarchie, et sans trop s’engager personnellement, likant ici le commentaire d’un chef ou félicitant ailleurs une initiative de l’entreprise. Pour eux, le RSE est utile "pour être bien vu plutôt que pour être efficace". Le e-fayot est né !

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

3 commentaires

Inès Boussemart

04/12/2017 16h40 - Inès Boussemart

Votre article affiche un parti pris plutôt negatif sur l'utilisation des RSE en entreprise sans y apporter forcément des explications et illustrations. Qu'entendez-vous pas RSE exactement ? Les usages évoluent : Il y a six ans nous parlions de gestion des connaissances (KM), depuis trois ans de collaboration sociale par le biais des communautés et maintenant de communication synchrone. Bien communiquer entre collaborateurs au sein d'une entreprise comme avec ses partenaires et ses clients est un enjeu stratégique pour de nombreuse entreprises. La clé de la réussite ? Partir des usages. Rencontrer les CXO pour comprendre les enjeux de demain. Conduire des ateliers avec les différents métiers pour identifier leurs scenarios d'usages. Bâtir un plan d'adoption pour accompagner les employés en prenant en compte la dimension internationale. Il s'agit de mener cela comme un véritable projet de transformation digitale en mettant l'humain au centre de cette réussite et de ne pas privilégier la technologie comme c'est encore trop souvent le cas. De belles réussites existent ! Ouvrons les yeux et soyons positifs.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Jean REMY

30/11/2017 14h16 - Jean REMY

"Loin de casser les silos"... Notre lecture est immédiatement orientée par cette accroche, l'expression étant objectivement négative. Mais à la lecture de l'article, on se demande si l'on n'aurait pas pu titrer aussi justement : "Loin disperser les énergies au sein des équipes, les réseaux sociaux d’entreprise les confortent, révèle une étude"... Que les individus soient 8,5 fois plus engagés dans les groupes créés par leur manager que dans ceux créés par des tiers est présenté comme décevant. Mais il s'agit d'une donnée seulement quantitative. N'est-il pas normal que les membres d'une équipe aient plus souvent de raisons d'échanger et de s'informer, au sein de leur milieu ?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Fabrice KULAGA

30/11/2017 10h48 - Fabrice KULAGA

De l'utilité des "premiers de cordée" et d'une valeur inestimable: la confiance. Le numérique? Oui, évidemment. Sous l'impulsion des managers? Sans aucun doute.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale